Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du vendredi 30 avril 2021
Urbanisme

Recyclage de friches : UrbanVitaliz, un outil du Cerema au service du bloc local 

Nouveau service du Cerema pour accompagner les projets de réhabilitation de friches, UrbanVitaliz concentre en une plateforme tout ce qu'il faut savoir avant de se lancer. En plein développement, cet outil gratuit devrait rencontrer un vif succès auprès des collectivités volontaires - mais dépourvues d'ingénierie.

Par Caroline Saint-André

Lever les blocages, informer, accompagner : l’outil lancé par le Cerema depuis septembre 2020, baptisé UrbanVitaliz, vise à guider les communes et EPCI dans leurs projets de reconversion de friches. Développé dans le cadre de beta.gouv.fr, l’incubateur de la Direction interministérielle du numérique (Dinum), ce nouveau service – gratuit – concentre en une plateforme toutes les informations nécessaires aux élus du bloc communal pour se réapproprier leur foncier à l’abandon. 
Mise en relation avec les acteurs spécialisés (EPF, CAUE, Ademe, agences de l’eau, DDT...), présentation des dispositifs juridiques et financiers existants, etc. : si l’outil ne peut remplacer un bureau d’études, il permet d’accompagner les collectivités dans la mise en œuvre de tels projets, nécessitant une expertise technique – et une vision à long terme. Selon le type de friches (zones tertiaires, résidences ou cliniques à l’abandon, anciennes usines, stations essence, friches ferroviaires, etc.), les reconversions visées (habitat, coworking, zone d’activité, équipements publics, etc.), et les blocages rencontrés, UrbanVitaliz fournit des recommandations pratiques aux collectivités (contacter un acteur « aidant », envoyer un courrier-type, comprendre l’action d’un assistant à maîtrise d’ouvrage, etc.). 

Mode d’emploi

Pour accéder à ce service, la collectivité doit décrire son projet et ses problématiques sur la plateforme. Elle peut alors se saisir des ressources en ligne, qui peuvent être complétées, selon ses besoins, par des recherches réalisées par l’équipe d’Urban Vitaliz. À la tête des travaux de construction de cet outil, Perrine Rutkowski, agente du Cerema et intrapreneuse du service, relève sa plus-value pour les territoires au marché foncier détendu : « Les petites et moyennes collectivités n’ont souvent pas toutes les compétences techniques en interne pour faire face à ces chantiers qui touchent à des domaines très variés. On se retrouve alors bloqués parce qu'on ne sait pas comment s’y prendre. Pourtant, il existe des acteurs publics variés et compétents, de nombreux dispositifs juridiques et financiers, mais encore faut-il les connaître ! On a donc créé UrbanVitaliz pour combler ce vide, pour les collectivités qui ne savent pas vers qui ou vers quoi se tourner. ».
En construction depuis six mois, UrbanVitaliz est déjà un succès : sur les 20 premières collectivités utilisatrices, les résultats sont éloquents : 80 % d’entre elles ont activé au moins l’une des recommandations du service dans les deux mois. Illustration à l’appui : « Nous travaillons par exemple avec un maire d’une commune d’environ 1000 habitants, pour une friche industrielle avec vocation de logement mixte. Il ne connaissait pas le fonctionnement de l’EPF et n’avait pas pensé à contacter le CAUE. Suite à nos recommandations, des conventions sont en cours de signature avec ces organismes. Nous continuons à suivre la commune et ses besoins qui émergeront », assure Salomé Deschênes, urbaniste pour UrbanVitaliz.
Avec pour objectif une centaine de sites suivis d’ici fin 2021, le service du Cerema est appelé à se développer en associant davantage les acteurs publics experts, voire en faire de véritables parties prenantes de la plateforme. À l’heure où l’objectif du zéro artificialisation nette (ZAN) d’ici 2050 devrait bientôt être gravé dans la loi, UrbanVitaliz arrive à point nommé pour aider les collectivités à gagner du terrain constructible. 
Accéder à la plateforme.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2