Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du vendredi 25 mars 2022
lection prsidentielle

Valérie Pécresse propose « un pacte de liberté et de confiance » aux collectivités

Aujourd'hui, Maire info publie le compte rendu de l'audition de la candidate Les Républicains devant Territoires unis, le 15 mars. Valérie Pécresse veut notamment mettre en place un « choc de simplification » et faire de la police municipale « la troisième force de sécurité du pays ».

Par Aurélien Wälti

Maire-Info
© V. Viennet

Devant les élus locaux, la présidente de la région Île-de-France et candidate LR, Valérie Pécresse, a dit vouloir « mettre en place le projet de décentralisation le plus puissant de l’histoire de notre pays »  à travers « un pacte de liberté et de confiance »  entre l’État et les collectivités. Elle a assuré que son projet de « République des territoires »  est « l'une des priorités »  du début de son quinquennat. « Toutes mes propositions seront débattues lors d’une grande conférence de Territoires unis juste après l’élection pour ajuster le programme. (…) Tout peut être négocié et co-construit avec vous » , a-t-elle assuré aux élus. Elle veut notamment laisser les communes « définir elles-mêmes les compétences qu’elles veulent partager au sein des intercommunalités » . Valérie Pécresse a fait savoir que l’autonomie financière « d[evai]t être garantie par la Constitution »  et qu’elle mettrait un terme aux contrats de Cahors, pour l’heure suspendus.

« Choc de simplification » 

Si elle est élue, la présidente de la région francilienne souhaite « débureaucratiser »  le pays en mettant en place un « choc de simplification » . Objectif, « diviser par deux le temps de toutes les procédures administratives » . « Ce choc de simplification je l’ai fait dans ma région, aujourd’hui il faut le faire pour la France » .

Différenciation

Promettant d’inscrire le droit à la différenciation dans la Constitution, elle souhaite donner la possibilité aux collectivités « d’adapter les règlements nationaux »  aux réalités locales. « S’agissant des maires, ce sera avec des contrats conclus avec les préfets » , a-t-elle précisé. « Je n’exigerai plus des communes qu’elles appliquent des lois inapplicables, je veux que les maires retrouvent le pouvoir de dessiner leur ville » , a-t-elle affirmé, en proposant notamment de « sortir de la loi SRU »  et de la remplacer par de « vrais contrats de mixité sociale et de mixité de logements qui seront conclus au niveau local » .

Valérie Pécresse s’est également engagée à redonner la main aux élus sur les attributions des logements sociaux pour que « les travailleurs de première ligne d’une ville puissent être logés en priorité dans leur ville » , avec 60 % de logements sociaux attribués par les maires dans leur commune. Elle prévoit également « d’éradiquer les quartiers-ghettos en dix ans avec pas plus de 30 % de logements très social par quartier ».

Plus largement, elle préconise d'adapter le « zéro artificialisation nette »  (ZAN) dans les communes rurales « partout où il y a des projets d'intérêt local, de développement économique ou de logement des familles » .

Peine plancher pour les agressions d’élus

« Face à l’explosion des violences » , notamment à l’encontre des élus, la présidente d’Île-de-France prône la mise en place d’une peine plancher : « Lorsqu’un élu sera agressé physiquement, il y aura une condamnation à un an minimum de prison ferme »  et « il n’y aura plus de classement sans suite lorsqu’il y aura un outrage à élu ». 

En outre, elle souhaite faire de la police municipale « la troisième force de sécurité du pays »  et la « mettre en œuvre dans chaque commune »  en donnant des « moyens »  aux élus locaux. Elle s’est également dit favorable à l’armement des policiers municipaux, « surtout en zone urbaine » .

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2