Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mardi 27 avril 2021
Transports

Consommation : les transports représentent 14 % du budget des ménages français

Troisième poste de dépenses des ménages aux revenus modestes et des locataires, derrière le logement et l'alimentation, les transports pesaient en moyenne, en 2017, 4 700 euros dans le portefeuille des ménages français. « La voiture reste dominante dans la dépense de transports », décrypte l'Insee.

Par Ludovic Galtier

Les ménages français consacraient, en 2017, 13,6 % (contre 15,2 % en 2005) de leur revenu disponible aux transports, selon la dernière publication de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Soit l’équivalent de 4 700 euros par an. « Il s’agit de la première dépense de consommation pour les ménages aisés ou propriétaires de leur résidence principale et de la troisième pour les ménages modestes ou locataires, derrière le logement et l’alimentation ». 
Une dépense dont la tendance est orientée à la baisse : - 6 % depuis 2005. Elle se fait plus fortement sentir depuis 2011, année au cours de laquelle « les prix relatifs aux transports ont augmenté légèrement moins vite que les autres prix, notamment du fait de la baisse des cours pétroliers ». Les frais de carburant et de lubrifiant s’élevaient, en effet, à 1 110 euros en 2017 (24 % de la dépense de transport en moyenne), contre 1 333 euros en 2011.

81 % des ménages ont au moins une voiture

Une donnée significative tant la voiture reste le mode de déplacement privilégié en France, notamment pour se rendre au travail, « même pour de courtes distances ». En 2017, 81 % des ménages ont au moins une voiture (35 % au moins deux), tandis que 15 % des ménages ont au moins un vélo et 10 % au moins un deux-roues motorisé. 
 « En 2017 toujours, écrit l’Insee, les transports individuels génèrent en moyenne 81 % de la dépense de transports des ménages, soit 11,0 % de leur revenu disponible. Pour les seuls ménages équipés d’une voiture, les transports individuels représentent 12,4 % du revenu disponible ». 
La dépense transports ne se répartit pas de façon uniforme en France. Les transports individuels représentaient ainsi 90 % du budget transports des ménages habitant une aire de moins de 200 000 habitants ou hors attraction des villes quand ce même taux atteint seulement 63 % à Paris. « Plus l’aire est grande, moins les ménages ont de voitures », résume l’Insee. 
L’offre diversifiée du réseau parisien (métro, tramway, bus, RER, Transilien), par exemple, aide aussi à s’en passer. « Les ménages habitant l’aire de Paris consacrent en moyenne 630 euros aux transports en commun locaux en 2017. C’est nettement plus que dans les autres aires : 250 euros dans les autres aires de 700 000 habitants ou plus et 50 euros dans celles de moins de 50 000 habitants ».

Le budget transport pèse plus lourd en périphérie des villes

Plus on s’éloigne des pôles économiques, plus le montant des dépenses transports augmente. « Dans les pôles, les ménages consacrent en moyenne 4 100 euros aux transports en 2017, soit 12,3 % de leur revenu disponible. La facture est plus lourde pour les ménages habitant en couronne, à 5 420 euros en moyenne, soit 14,7 % de leur revenu disponible, analyse l’Insee. Hors aires d’attraction des villes, les transports occasionnent 5 060 euros de dépense, les ménages étant notamment plus souvent retraités et n'ayant alors plus à se déplacer pour travailler. En revanche, les transports pèsent plus sur leur revenu disponible (16,0 %), les ménages aisés étant peu nombreux dans ces espaces. » 
Le budget des plus modestes est d'ailleurs davantage impacté par les dépenses de transports :  « chez les 10 % les plus modestes, les transports absorbent 21,3 % du revenu disponible. À autres caractéristiques identiques, ils ont 2,4 fois plus de chances de ne pas avoir de voiture que les ménages du milieu de la distribution des niveaux de vie, mais leur dépense en transports collectifs est supérieure. À l’autre extrémité, les 10 % de ménages les plus aisés dédient 11,5 % de leur revenu disponible aux transports. Ils dépensent aussi plus en transports collectifs, se démarquant particulièrement pour l’avion, le train grande ligne et le taxi. » 
 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2