Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 13 septembre 2021
Sports

Pass'sport : l'aide à la reprise du sport en club est créée

D'un montant de 50 euros par enfant, cette nouvelle aide de l'État, disponible jusqu'au 30 novembre, concerne les 5,4 millions d'enfants de 6 à 17 ans révolus qui bénéficient de l'allocation de rentrée scolaire 2021 ou de l'allocation d'éducation de l'enfant handicapé ainsi que les 16-18 ans bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés (AAH).

Par Ludovic Galtier

Lutter contre la sédentarité des jeunes et pour la pérennité des clubs sportifs. Telles sont les ambitions du pass’sport. Directement inspirée du pass culture, cette nouvelle aide forfaitaire, officiellement créée par décret ce samedi, contribue, à hauteur de 50 euros par enfant, au financement d’une licence ou d’une cotisation annuelle à un club sportif affilié à une fédération sportive agréée ou non. Si elle n’est pas affiliée à une fédération, l’association agréée doit être domiciliée dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ou soutenue au titre de l'année 2021 par le programme « Cités éducatives »  de l'État. 

Sont ciblés par la mesure les 5,4 millions d’enfants de 6 à 17 ans révolus au 30 juin 2021 qui bénéficient de l’allocation de rentrée scolaire 2021 ou de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) ainsi que les 16-18 ans bénéficiaires de l’allocation adultes handicapés (AAH).

« L’aide est versée directement au club en contrepartie d’une réduction immédiate accordée aux jeunes qui viennent s’inscrire dans l’association », précisaient, vendredi, Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu, respectivement ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et ministre chargée des Sports. « Cette aide est cumulable avec les dispositifs similaires déployés notamment par les collectivités locales ». 

100 millions d’euros, un budget insuffisant pour atteindre l’objectif ?

Précision de calendrier : les structures et associations sportives peuvent procéder, jusqu'au 30 novembre 2021, à une réduction du tarif de l'adhésion ou de la prise de licence à hauteur du montant de l'aide financière. Ces structures et associations sportives pourront en demander le remboursement auprès de l'État au plus tard le 30 novembre 2021.

D’un montant de 100 millions d’euros, l’enveloppe dédiée au pass sport avait été jugée trop mince, au moment de son annonce, par Régis Juanico, député Génération.s de la Loire, et Jean-Jacques Lozach, sénateur socialiste de la Creuse. « L’enveloppe budgétaire annoncée en novembre par le chef de l’État est de seulement 100 millions d’euros et n’a jamais évolué malgré nos demandes répétées, soit un maximum de 2 millions de jeunes bénéficiaires réellement concernés », écrivaient-ils dans une tribune publiée en mai par Le Monde

« Systématiser la découverte de l’Aisance aquatique pour les enfants de maternelle » 

Les deux parlementaires avaient, de surcroît, dénoncé « une différence de traitement »  entre le sport et la culture et réduit le pass sport à un simple « coupon sport ». La sédentarité a pourtant indéniablement « progressé de manière alarmante »  avec la crise sanitaire : si le gouvernement a bien tenté d’enrayer cette progression avec le dispositif « 30 minutes d’activité physique par jour à l’école »  ou le programme « Savoir rouler à vélo », 66 % des 11-17 ans présentent, selon l’Anses, « un risque sanitaire préoccupant, caractérisé par le dépassement simultané des deux seuils sanitaires : plus de 2 heures de temps écran et moins de 60 minutes d’activité physique par jour ». 

Les associations sportives ont, dans le même temps, connu une baisse de 25 % du nombre de licenciés en 2020-2021 et la fréquentation des piscines a chuté de 30 % en juillet 2021. Autre conséquence néfaste :  l’apprentissage de la natation a pris du retard.

« La recrudescence constante des noyades chez les moins de 6 ans a révélé la nécessité d’installer, dès le plus jeune âge, un nouveau bloc d’apprentissage baptisé « Aisance Aquatique ». Ce programme permet de donner aux enfants de 4 à 6 ans une première expérience positive de l’eau et les fondamentaux du savoir nager : d’ici 2024, l’ambition est de parvenir à 400 000 enfants formés, et de systématiser la découverte de l’Aisance Aquatique pour les enfants de maternelle », écrit le gouvernement. « Depuis 2019 et le lancement du plan de prévention des noyades, 47 millions d’euros ont été consacrés aux équipements pour la rénovation ou la construction de piscines. »   

« Trois fois plus de stades, gymnases et complexes sportifs financés » 

La rénovation énergétique des équipements sportifs est une autre des priorités du plan de relance : « Grâce à France Relance et aux crédits du Comité interministériel aux villes (36 millions d’euros), l’Agence nationale du sport a participé à hauteur de 136 millions d’euros au financement d’équipements sportifs en 2021. C’est trois fois plus de stades, gymnases et complexes sportifs financés. À titre d’exemple, cela représentera jusqu’à 400 équipements aidés en Nouvelle Aquitaine », ont poursuivi Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu.

Avant d’évoquer, en conclusion, la relance économique du sport et les 7 500 emplois financés par l’Agence nationale du sport avec des crédits de l’État. « Ces emplois d’éducateur ou d’agent de développement permettront de structurer et professionnaliser les associations sportives localement, notamment dans les territoires carencés ». 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2