Édition du lundi 22 juin 2020


    Imprimer Imprimer

L'hypothèse d'un report des régionales est bien sur la table

 

Les élections régionales, prévues en mars prochain, pourraient-elles être repoussées ? Le débat est clairement sur la table depuis la semaine dernière et le président de l’association Régions de France, Renaud Muselier, s’est exprimé publiquement en fin de semaine pour dire que l’idée « ne doit pas être d’emblée rejetée ». Elle fait néanmoins débat entre les présidents de région. 

Une hypothèse assumée
Que s’est-il dit à la table de l’Élysée, lundi dernier, lors du déjeuner auquel le président de la République a invité plusieurs plusieurs présidents de région ? Seuls les participants le savent, et les versions diffèrent. Seule certitude, assumée à la fois par l’Élysée et par le président de Régions de France, la question d’un report des élections de mars prochain a bien été posée. Renaud Muselier affirme d’ailleurs, dans Le Monde, que c’est lui qui a mis la question sur la table : « On en a parlé, bien sûr, c’est moi qui ai abordé le sujet, après deux heures et demie de discussion très constructive. » Du côté de l’entourage du chef de l’État, on ne nie pas non plus que le débat est ouvert, tout en affirmant plutôt que c’est Emmanuel Macron qui l’a lancé : « Les régions vont être étroitement associées au plan de relance. Est-ce que dans une période où nous sommes en train de relancer l’économie, il est pertinent de laisser ouverte cette fenêtre de période électorale ? Le président de la République a ouvert le débat dans une logique d’intérêt général. »
Quoi qu’il en soit, pour le patron de Régions de France comme pour les collaborateurs du chef de l’État, la seule question est celle de la relance économique ainsi que, dans une moindre mesure, celle des projets du président de la République de lancer une grande réforme territoriale. Cité dans Le Figaro, un membre du cabinet d’Emmanuel Macron explique que « les régions vont être étroitement associées au plan de relance. On ne peut pas demander que les régions participent au plan de relance mais qu’elles interrompent leur action à cause de la campagne. » 

Des présidents de région vent debout
L’idée n’a, pour autant, par emporté l’adhésion de tous les présidents de région, dont certains se sont opposés avec véhémence, dans la presse, à la possibilité d’un report. D’autant que certains affirment – ce qui a été démenti par Renaud Muselier – que les intentions du chef de l’État seraient plus politiques, sa décision de lancer le débat sur le report des régionales, un an avant la présidentielle, étant, selon certains, liée au fait que certains présidents de région sont « des opposants politiques » du chef de l’État, et susceptibles d’être candidats contre lui à l’élection présidentielle. 
« Les Français attendent des actes concrets, des solutions à leurs difficultés, pas des tripatouillages électoraux, a par exemple déclaré la présidente de la région Occitanie, Carole Delga. Je n’accepte pas ce chantage. Les régions ont besoin de l’aide de l’État pour soutenir le maintien de l’emploi des salariés, l’activité des entreprises et la nécessaire transition écologique. » Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, s’est également agacé de cette discussion, estimant que « les élections ne sont pas un jeu de dés ». Même point de vue chez Christelle Morançais, présidente de la région Pays-de-la-Loire, qui estimait en fin de semaine « (qu’) il y a un calendrier électoral et qu’il faut s’y tenir », et qu’un « marchandage serait indigne de la période que nous vivons ». 

Renaud Muselier plaide pour la réforme territoriale
Face à ces critiques, le président de Régions de France a pris la plume, jeudi, et publié une « lettre ouverte au président de la République », dans Libération. S’il n’y rejette pas l’idée d’un report, il exige en revanche qu’une telle décision soit débattue sans arrière-pensée politique ou politicienne : « Il ne saurait y avoir ni chantage ni petits arrangements, et les régions ne seront pas une variable d’ajustement. » Sur la possibilité d’un report, afin que le calendrier électoral « ne percute pas la relance », Renaud Muselier ouvre la porte : « S’il faut soigneusement peser le pour et le contre d’une telle idée, il ne me semble pas qu’elle doive être d’emblée rejetée. » Mais le président de la région Paca conditionne le débat aux projets de réforme territoriale du chef de l’État, évoquant « la nécessité de doter les régions de nouveaux pouvoirs, comme (il) le porte avec Territoires unis pour l’ensemble des collectivités territoriales depuis l’appel de Marseille ». 

Le « oui mais » d’Hervé Morin
Autre voix importante à Régions de France, son ancien président, Hervé Morin, qui fut justement, en septembre 2018, l’un des inspirateurs de l’appel de Marseille, avec François Baroin pour l’AMF et Dominique Bussereau pour l’Assemblée des départements de France. Le président de la région Normandie n’est, lui non plus, pas fermé à la possibilité d’un report du scrutin, mais si et seulement si ce report est une occasion d’évoluer vers « davantage de décentralisation ». « Si c'est une chance donnée à plus de décentralisation, plus de pouvoir aux régions, je dis oui. Mais vraiment à condition que ce soit une véritable refonte des pouvoirs publics. Si c'est pour du rafistolage ou pire, du petit calcul politique, ce sera non sans hésiter », a ainsi déclaré l’ancien président de Régions de France sur France 3 Normandie. « Au plus près, les régions pourront traiter les dossiers avec plus de cohérence et de proximité. C'est aujourd'hui une question de survie de la démocratie de savoir s'emparer de ces sujets-là. Il y a urgence et j'espère que le président de la République l'a compris. C'est ce qu'on va voir. »
Des réponses à ces questions pourraient en effet arriver dès le mois de juillet, qui sera marqué non seulement par un nouveau rendez-vous entre le chef de l’État et les présidents de région, mais plus encore par un grand discours d’orientation d’Emmanuel Macron sur l’après-crise du covid-19. 
Si d’aventure l’hypothèse d’un report du scrutin de mars prochain devait être retenue, cela devrait nécessairement passer par une loi. 

Franck Lemarc

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2

Édition du lundi 22 juin 2020 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France