Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux


Édition du mercredi 13 juillet 2022
Fonction publique territoriale

En 2020, le salaire net moyen a progressé de 0,8 % dans les collectivités

Si la rémunération mensuelle moyenne nette des agents territoriaux s'élève à 2019 euros, l'étude annuelle de l'Insee constate des évolutions différentes des rémunérations selon les catégories de personnels et d'employeurs publics locaux.

Par Emmanuelle Quémard

En 2020, le salaire net moyen des agents de la fonction publique territoriale (FPT) a progressé pour la deuxième année consécutive, mais certains écarts de rémunération persistent selon les catégories de personnels et d’employeurs considérés. C’est, en substance, ce que montre la dernière étude de l’Insee, publiée le 12 juillet, alors même que les questions de rémunérations et de pouvoir d’achat sont au cœur des préoccupations actuelles de la fonction publique. Selon ce document, le salaire net moyen des agents territoriaux – tous statuts et catégories confondus – a été bonifié de 0,8 % en un an (en euros constants). Cette hausse intervient après celle enregistrée en 2019 (+ 0,4 %) et porte désormais la rémunération mensuelle moyenne nette à 2019 euros. À titre de comparaison, le salaire net moyen s’élevait en 2020 à 2 639 euros nets par mois au sein de la fonction publique d’État (FPE).

Par ailleurs, en matière de revalorisation des rémunérations, tous les agents de la territoriale ne sont pas logés à la même enseigne. Il apparaît notamment que la progression du salaire net moyen profite moins aux agents bénéficiant du statut de fonctionnaire (+ 0,7 %) qu’aux autres employés des collectivités (contractuels, bénéficiaires de contrats aidés, collaborateurs de cabinet, etc.) dont le salaire moyen a progressé de 1,3 % en douze mois. L’Insee estime néanmoins que la hausse globale du salaire net moyen « est soutenue par la poursuite de l’application du protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations (PPCR) pour les fonctionnaires ainsi que par l’instauration de la prime exceptionnelle « Covid-19 », destinée aux agents particulièrement mobilisés pendant l’état d’urgence sanitaire ».

À noter également les différences de progressions salariales constatées en fonction des cadres d’emplois analysés par les statisticiens. En effet, si le salaire net moyen des fonctionnaires de catégorie C augmente de 0,8 %, à 1 851 euros par mois en moyenne, la croissance de celui des agents de la catégorie A est légèrement supérieure (+ 0,9 %, à 3 245 euros) alors que les fonctionnaires de catégorie B, pour lesquels le PPCR ne prévoyait pas de revalorisation des grilles indiciaires en 2020, voient leur salaire net moyen se tasser (- 0,2 % à 2 418 euros).

Le salaire net en hausse de 0,7 point dans les communes

Selon l’étude de l’Insee, tous les employeurs territoriaux n’avancent pas au même rythme en matière de hausse des rémunérations de leurs agents. Ainsi, au sein des communes qui représentent 53 % de l’emploi total de la FPT, le salaire net mensuel moyen s’élève à 1 909 euros par mois, soit une hausse de 0,7 % par rapport à 2019. La progression est encore plus nette pour les agents des centres communaux d’action sociale (CCAS) et des caisses des écoles (+ 3,2 % à 1 842 euros). Un bond qui s’explique par le fait que ces agents – dont un sur trois n’est pas fonctionnaire – ont largement bénéficié de l’attribution de la prime « Covid-19 »  dont les montants ont souvent été plus élevés que dans le reste de la FPT. Du côté des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), l’augmentation des rémunérations a été légèrement plus faible (+ 0,5 % à 2 093 euros) et dans les régions (+ 0,7 % à 2 179 euros) tandis qu’elle se stabilisait dans les départements (0 % à 2 216 euros). En revanche, le salaire net moyen progresse plus sensiblement dans les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) en raison de primes spécifiques dont bénéficient les personnels (+ 1,1 % à 2 714 euros). 

Les inégalités salariales hommes-femmes persistent mais se réduisent

En outre, des disparités se maintiennent au niveau des rémunérations entre hommes et femmes. « À profil identique, les femmes perçoivent en moyenne 5,1 % de moins que les hommes » , soulignent les auteurs de l’étude. Globalement, dans les collectivités, le salaire net des femmes s’élève en moyenne à 1 945 euros par mois, soit 8,5 % de moins que celui des hommes (2 126 euros). L’Insee observe toutefois que cet écart est « moins élevé que dans les autres versants de la fonction publique »  et qu’il se réduit par rapport à 2019 (- 0,4 point). Les différences salariales entre les personnels féminins et masculins est moins marqué pour les agents de catégorie B (7,2 %) et C (9,9 %) que pour ceux de catégorie A (19,8 %). « Les femmes ont plus souvent un travail à temps partiel ou des interruptions de carrière qui pèsent sur leurs trajectoires salariales. Elles occupent relativement moins souvent les postes les plus rémunérateurs » , est-il souligné dans l’étude.

Télécharger l’étude.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2