Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mercredi 17 novembre 2021
Congrès des Maires de France

Confiance et solidarité territoriale, clefs de réussite de la transition énergétique

Un forum s'est tenu hier afin de valoriser les outils à disposition des collectivités pour mener à bien leur politique de transition énergétique. Sans verser dans les polémiques actuelles sur les différentes technologies. 

Par Caroline Saint-André

Premiers touchés, les maires partagent, unanimement, la nécessité de répondre à l’urgence climatique. Alors que les réunions au sommet, les chiffres et les rapports alarmants se multiplient, et devant le « maquis »  d’outils et de structures parfois inadaptés aux spécificités de leur territoire, les élus peuvent se sentir démunis – bien qu’emplis de bonne volonté. Traduire les discours en actes : tel était donc l’objet du forum du 16 novembre, dédié à la transition énergétique des territoires, co-présidé par Michaël Weber, maire de Woelfling-lès-Sarreguemines (Moselle), président de la fédération des parcs naturels régionaux, élu référent énergies renouvelables de l’AMF, et Guy Geoffroy, maire de Combs-la-Ville (77), président de l’Association des maires et présidents d’intercommunalité de Seine et Marne, et des Éco maires.

Information des élus 

« Chacun, à sa place, peut trouver des solutions, quelle que soit l’échelle de territoire », indique immédiatement Michaël Weber, « la question est de savoir comment ». Car les outils, y compris financiers, existent – et semblent se renforcer : le plan de relance a récemment injecté 950 millions d’euros, via un fléchage de la Dsil, pour encourager la mise en place de politiques énergétiques à l’échelle des collectivités. Mais ils restent souvent ponctels et méconnus, notamment en zone rurale, où les moyens budgétaires et en ingénierie sont extrêmement contraints. C’est pourquoi la solidarité territoriale est essentielle, a relevé Michaël Weber. « Nous avons besoin d’un rapport de confiance entre territoires ruraux et territoires urbains », pour partager bonnes pratiques et savoir-faire.

Guillaume Perrin, président de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), coordinateur du Programme ACTEE sur la rénovation énergétique, partage ce constat : « difficile pour les communes rurales de s’y retrouver dans la multitude des dispositifs ». Sujet politique et transpartisan par excellence, les territoires ont tout intérêt à poser un diagnostic de leur vulnérabilité face aux bouleversements à venir, et à réfléchir aux moyens d’action dont ils peuvent se saisir. « Avec la pandémie, la prise de conscience de l’urgence climatique s’est accrue, et un phénomène d’exode urbain s’est produit. Un projet politique solide en faveur de la transition énergétique peut être un critère dans le choix des citadins souhaitant s’installer hors les villes ». 

Agir en interne, décloisonner, instaurer un dialogue entre services, c’est ce qu’a mis en place Pierre Sanier, maire de Bû (Eure-et-Loire, 1200 hab.) récemment mis en lumière dans le cadre des prix RMC. Tous les agents ont été mobilisés pour participer à la transition énergétique de la commune, au delà des seuls services techniques. En valorisant les compétences des agents pour rénover les bâtiments, installer des pompes à chaleur, et en sensibilisant les habitants, le maire est parvenu à faire 50 % d’économies sur son budget de fonctionnement, avec pour corollaire d’augmenter la capacité d’investissement de la commune. Preuve en est que chaque commune peut agir à son échelle, pour parvenir, étape par étape, à des résultats tangibles. 

Boîte à outils

Des intervenants issus d’organismes œuvrant pour le climat sont venus rappeler qu’il existe des outils méthodologiques à disposition des collectivités. Pour Morgane Nicol, directrice du programme Territoires, à l’Institut économique pour le climat (I4CE), « agir pour la transition énergétique implique l’ensemble des acteurs et des services des collectivités ». À ce titre, l4CE propose une méthode d’évaluation de l’impact climatique des budgets des collectivités, en libre accès sur le site Internet de l’institut. 

Laurent Delcayrou, chef de projet à The Shift Project, était également présent pour rappeler combien les collectivités sont un « levier essentiel de cette transformation inéluctable ». Exemple à l’appui : « Les collectivités sont responsables de 15 % des émissions de gaz à effet de serre. Selon les choix politiques, cette proportion peut grimper jusqu’à 50 % ». L’organisation, dans ses publications, conseille aux élus « d’investir massivement sur la connaissance des enjeux anthropocènes », et de consacrer au moins 1 % de leur budget d’investissement à cette politique. 

Côté étatique, Joëlle Colosio, directrice exécutive adjointe à l’action territoriale de l’Ademe, a mis en avant les programmes et appels à projet  (« Territoires engagés pour la transition énergétique », notamment), proposés aux collectivités. Une boîte à outils à retrouver sur le site de l’Agence « Agir pour la transition ». Elle a par ailleurs annoncé la date de publication – le 30 novembre – du prochain rapport de l’Ademe, qui présentera quatre « visions », ou scénarii, pour baisser drastiquement la consommation d’énergie. Autre outil au service des collectivités : le financement de conseillers en matière d’éolien et de photovoltaïque, qui vient d’être annoncé par Barbara Pompili. 

Sur le processus de concertation, Joëlle Colosio a appuyé sur la nécessité de se regrouper entre collectivités pour mieux avancer : « quand on est plusieurs, les projets vont plus vite ». « Nous sommes aujourd’hui dans un temps ‘ciseau’ : il faut aller vite, tout en prenant le temps de concertation ». Un processus long, mais qui, au final « fait gagner du temps », a abondé Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables.

Message direct au gouvernement, le maire de Combs-la-Ville, Guy Geoffroy, a conclu les débats sur la condition essentielle d’une politique de transition efficace: la confiance entre l’État, les collectivités, et les citoyens. Et le respect de la libre administration des collectivités et de leur autonomie fiscale : « les maires sont les mieux placés pour agir, et ils sont parfois dotés de discernement… ! ».

 

Accéder au site de l’Ademe « Agir pour la transition écologique ».
Accéder au memento « résilience des territoires »  du Shift Project « pour une politique adaptée aux bouleversements à venir » .
Accéder à la méthodologie d’évaluation de l’impact climatique des budgets locaux de l’Institut économique pour le climat.
 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2