Édition du mardi 19 juin 2018


Imprimer Imprimer

Financement du Wifi par l'Europe : le gros bug

Maire info a plusieurs fois rendu compte, en avril et mai, de l’intéressante initiative de la Commission européenne visant à financer l’installation du Wifi dans les communes d’Europe. Mais la Commission vient d’annoncer l’annulation pure et simple du premier appel à candidature.
Rappelons que cette initiative (lire Maire info des 27 février et 14 avril) est censée permettre à 6000 à 8000 communes européennes de bénéficier d’un financement de 15 000 euros pour installer le Wifi dans un lieu public. Le financement doit se faire par vagues successives (cinq en tout), avec un budget de 120 millions d’euros au total.
Le dispositif a cette particularité qu’aucun critère de sélection n’est imposé, en dehors d’être une commune ou un EPCI. Au-delà, le principe est : « Premier arrivé, premier servi ». Les communes intéressées devaient d’abord se préinscrire, à partir de la mi-mars. Puis, dès l’ouverture de l’appel à projets, le mardi 15 mai à 13 heures, elles pouvaient candidater.
Les préinscriptions ont montré l’engouement qu’a suscité cette initiative : la veille de l’ouverture de l’appel à projets, il y avait plus de 17 200 collectivités préinscrites, dont presque 2 200 françaises. Pour le premier appel à projets, le quota avait été fixé à 1000 collectivités.
Le jour J, à 13 heures, les candidats étaient dans les starting-blocks, tant il était certain qu’en quelques minutes, le quota des 1000 premières communes serait atteint. En réalité, a révélé par la suite la commissaire européenne à l’Économie digitale, Mariya Gabriel, c’est même en « quelques secondes » que 5 000 collectivités ont posé leur candidature. Au bout de « quelques heures », elles étaient 11 000 !
Sauf que quelques heures plus tard, la Commission a dû décider de l’annulation de l’appel à projets, à la suite d’informations reçues d’un fournisseur tiers sur « un problème technique ». La Commissaire précise : « Au cours de l’enquête, la Commission a repéré une lacune dans le logiciel fourni par les contractants. » Cette faille a permis à des municipalités de candidater, « de bonne foi », avant l’ouverture officielle de l’appel à projets. En conséquence, le nombre de collectivités pouvant bénéficier des premiers financements, mais ne s’étant inscrites qu’à partir de 13 h, s’en trouvait diminué d’autant.
La Commission étant « fermement attachée aux principes d’équité, de transparence et de fiabilité », elle n’a eu d’autre choix que d’annuler purement et simplement l’appel à projets, toutes les collectivités n’ayant pu participer « sur un pied d’égalité ».
Pour se sortir de cette situation inattendue, la Commission a décidé que les coupons et le budget qui devaient être attribués lors de ce premier appel à projets seraient reportés sur le second, qui devrait être ouvert « après l’été ». Il n’y aura pas besoin de refaire la procédure de préinscription, les inscriptions déjà effectuées « restant valables pour les prochains appels à projets », précise la Commissaire. Les municipalités concernées pourront donc de nouveau candidater « d’un simple clic ».
En espérant que ce prochain « simple clic » ne se soldera pas par un nouvel échec, forcément décevant pour les collectivités concernées. Une occasion manquée, pour l’Europe, de rompre avec son image d’institution trop éloignée des territoires et trop complexe…
F.L.

Édition du mardi 19 juin 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France