Édition du jeudi 12 novembre 2009


    Imprimer Imprimer

Candidature à l'Euro-2016: douze villes françaises retenues pour neuf sites titulaires

La Fédération française de football (FFF) a retenu douze villes pour son dossier de candidature à l'Euro-2016, écartant Montpellier et Metz, indique l’hebdomadaire "Le Point" (11/11) sur son site Internet. Les villes retenues attendent maintenant que l'Etat partage son enveloppe de 150 millions d'euros, afin de savoir qui seront les 9 sites titulaires (3 autres seront en réserve). Parmi 14 projets, le conseil fédéral a choisi à l'unanimité de ses 17 membres Nice, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Saint-Etienne, Lyon, Lille, Lens, Strasbourg, Nancy, Paris et Saint-Denis, écartant donc Montpellier et Metz. Les critères de choix n'ont pas été révélés dans les détails. «Nous n'avons pas raisonné en terme de géographie, la preuve c'est que l'Ouest manque à l'appel (Rennes et Nantes se sont retirées en cours de route)», a indiqué le président de la FFF, Jean-Pierre Escalettes. «Le dossier de Metz n'a pas été écarté par rapport à Nancy et Strasbourg (retenues), a poursuivi le dirigeant. Ce n'est pas un mauvais dossier, mais dans un classement de 14 à 12 villes, on arrive à la limite de ce qui peut être retenu.» Selon l’hebdomadaire, «Le conseil fédéral n'a pas distingué dans les 12 sites retenus les 9 qui seront titulaires et les 3 qui seront en réserve. Le financement que l'État va apporter au cas par cas va être déterminant dans ce choix final. Et il n'y aura peut-être pas trois sites de réserve à ce moment-là.» Certaines villes parmi les 12 retenues mercredi ont «conditionné le maintien de leur candidature au montant de l'aide qu'elles attendent de l'État», a confirmé à l’hedbo Jacques Lambert, directeur général de la FFF. «Nous raisonnons en disant: voilà les 12 villes retenues et d'ici une semaine, 15 jours, l'État va décider ce qu’il donne selon les villes», a enchaîné J.-P. Escalettes. «Là, les candidatures de certaines villes vont être confirmées ou pas. On reste dans les clous. On espère toujours avoir 9 titulaires et 3 de réserve». «Mais trois villes ont déjà demandé une grosse enveloppe de l'Etat: Lille demande 45 millions d'euros d'aides, Bordeaux 50 millions et, selon Jacques Lambert, Toulouse veut que 20% des travaux, soit entre 10 et 11 millions, soient financés par une aide de l'État». «Seules ces trois villes ont fait des demandes chiffrées, a-t-il ajouté. Si on pensait que quatre villes veulent se désister, on ne serait pas là aujourd'hui». Mais les autres villes réclament une «aide équitable», comme l'a dit Maurice Vincent, le maire PS de Saint-Etienne. «Dès le 19 novembre, une cellule de travail spécifique sur le développement durable va être mise en place», a expliqué Jacques Lambert. Puis six semaines seront consacrées à la fabrication d'un dossier de 800-1.000 pages à remettre à l'UEFA avant le 15 février 2010. Viendra ensuite le travail de lobbying jusqu'au 28 mai 2010, date du choix de l'organisateur par l'UEFA (sont également en lice l'Italie, la Turquie et un duo Suède-Norvège).
Édition du jeudi 12 novembre 2009 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France