Édition du mardi 17 septembre 2019


Imprimer Imprimer

Confiance envers les élus : les maires toujours largement en tête

 

L’institut Ipsos/Sopra Steria a présenté hier sa septième enquête annuelle « Fractures françaises ». Cette enquête permet d’appréhender le regard des Français sur la situation du pays, la crise, mais aussi leur confiance – ou leur manque de confiance – dans les institutions. Une fois encore, ce sont les maires qui sont – et de loin – les élus qui bénéficient de la plus grande confiance des citoyens.
Il est clair, à la lecture de cette enquête, que l’optimisme n’est pas de mise pour la majorité des personnes interrogées : 73 % d’entre elles estiment que « la France est en déclin ». C’est à présent, sans surprise, l’environnement qui est le jugé comme le sujet le plus préoccupant par les Français – 52 % des sondés le placent en tête de leurs préoccupations – devant l’avenir du système social et les questions de pouvoir d’achat. 

70 % des sondés font confiance aux maires
Les sondés sont interrogés sur la confiance qu’ils portent envers un certain nombre d’institutions. Deux catégories l’emportent haut la main : dans le domaine économique, les « petites et moyennes entreprises », qui recueillent un taux de confiance de 81 % ; et dans le domaine politique, les maires, qui recueillent le meilleur score jamais enregistré dans cette enquête : 70 % des sondés disent leur faire confiance (ils n’étaient que 63 % en 2014). Au plus bas de l’échelle de la confiance on trouve les médias (23 % des sondés seulement leur font confiance) et les partis politiques (10 %). On notera que le taux de confiance envers les grandes entreprises s’effondre (moins dix points en deux ans, il est aujourd’hui de 34 %), tout comme la confiance dans la présidence de la République (moins quatorze points, à 30 %).
Pour ce qui concerne plus précisément les maires, on peut noter que ce sont les sympathisants des partis du centre et de droite qui ont le plus confiance en eux (89 % chez les sympathisants LaREM, 87 % chez les LR, devant les partis de gauche (78 % de confiance dans les maires chez les proches du PS, 72 % chez les sympathisants PCF ou LFI). Seuls les proches du RN sont en rupture sur ce terrain, avec 57 % de confiance dans les maires seulement. En regardant à travers le prisme des catégories socioprofessionnelles (CSP), ce sont de loin les retraités qui font le plus confiance aux maires (87 %), devant les cadres et professions intermédiaires (respectivement 73 et 79 %). Chez les ouvriers, la confiance tombe à 52 %.

Montée de la xénophobie
D’autres chapitres de cette enquête sont riches d’enseignements. Les sondés sont par exemple presque unanimes à penser que « le souci de l’autre » est en recul (83 % des sondés le pensent), tout comme la « tolérance » (81 %) et « la justice sociale » (73 %). 68 % des personnes interrogées estiment que les libertés sont en recul.
En revanche, l’idée selon laquelle « on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre » recule assez nettement – tout en restant très majoritaire : si elle séduisait 88 % des sondés en 2017, elle est reprise par 79 % d’entre eux aujourd’hui. La xénophobie semble en revanche progresser : l’affirmation « on ne se sent plus chez soi » est approuvée par 64 % des sondés – ce qui est le plus haut niveau depuis que l’enquête existe. Cette idée gagne du terrain y compris à gauche (45 % des sympathisants PS le pensent contre 37 % il y a deux ans), plus encore chez les LR (83 % contre 73 % en 2017). Étonnement, elle recule en revanche assez nettement au RN, tout en restant dans les sommets (90 % contre 98 % il y a deux ans). 
63 % des personnes interrogées jugent qu’il y a « trop d’étrangers en France », mais presque autant (62 %) estiment que l’immigration n’a pas de conséquences sur le nombre de chômeurs. 
Année après année, on note également une lente mais régulière augmentation des personnes qui estime que « d’autres systèmes politiques peuvent être aussi bons que la démocratie ». De 24 % en 2014, ce chiffre est monté à 36 % aujourd’hui. Les sympathisants RN sont, de loin, les plus nombreux à le penser (58 %). C’est également le cas de 57 % des ouvriers. 
Autre résultat préoccupant – et finalement lié à l’item précédent : 65 % des personnes interrogées sont convaincues que « la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus » et 80 % que « hommes et femmes politiques agissent pour leur intérêt personnel ».  Les trois quarts des sondés estiment qu’il y a trop de députés et trop de sénateurs. 

Rapport à la violence
Le sondage interroge enfin sur le rapport à la violence. 23 % des personnes sondées estiment qu’il est « normal » de recourir à la violence « pour défendre ses intérêts ». Les violences des policiers envers les Gilets jaunes sont jugées « inacceptables » par 46 % des sondés (à 72 % chez les sympathisants PCF/LFI, à 29 % chez les proches de LaREM) ; à l’inverse, les violences des Gilets jaunes sont jugées « inacceptables » par une majorité plus ferme des sondés (57 %). 51 % des sympathisants RN et 54 % des proches du PC ou de la LFI les trouvent en revanche « compréhensibles ». Les menaces, taggages, voire intrusions domiciliaires chez les élus sont en revanche majoritairement rejetés, quelle que soit la tendance politique ou la catégorie sociale.

Franck Lemarc

Télécharger les résultats de l’étude.

Édition du mardi 17 septembre 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du mardi 17 septembre 2019

Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales
Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales
Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales
Ministère des Solidarités et de la Santé
Ministère des Solidarités et de la Santé
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France