Édition du mardi 29 novembre 2016


    Imprimer Imprimer

Hors Île-de-France, les salaires relativement homogènes sur le territoire

Une étude de l’Insee, rendue publique ce matin, fait le point sur le niveau des salaires en France et sur les disparités territoriales. Sans surprise, l’Île-de-France est à classer à part dans ce palmarès.
Le niveau des salaires est en effet très supérieur dans la région capitale à ce qui se passe dans le reste du pays où, en revanche, les écarts sont assez faibles d’une région à l’autre. Les écarts de salaire s’expliquent par de très nombreux facteurs : sectoriels et hiérarchiques, et évidemment de sexe (les hommes restent nettement mieux payés que les femmes à compétence et postes équivalents), mais pas seulement : les salariés qui travaillent dans des grandes entreprises sont mieux payés, à poste égal, que ceux qui sont embauchés dans les petites ; et les salariés en CDI sont mieux payés que les intérimaires et les CDD. L’Île-de-France, parce qu’elle comporte davantage de cadres que les autres régions, et davantage de grandes entreprises – notamment des sièges sociaux, dans le quartier d’affaires de La Défense – sort donc du lot, avec un salaire brut horaire moyen de 23,9 euros, contre 18,7 euros à l’échelle nationale.
Cette moyenne de 18,7 euros de l’heure semble élevée, quand on la rapporte au niveau du smic (9,67 euros de l’heure). Elle s’explique, comme toutes les moyennes, par le fait qu’un petit nombre de salaires très élevés tire le curseur vers le haut. L’Insee libre à ce sujet d’intéressantes statistiques sur la proportion de bas salaires région par région. Les écarts sont là encore considérables : si moins d’un quart des salariés sont payés moins de 1,3 fois le smic en Île-de-France, cette proportion atteint 45,1 % en Corse.
Les salaires des cadres, détaille l’Insee, sont en moyenne « deux fois plus élevés » que ceux des employés et ouvriers : 34,5 € de l’heure, contre 13,7 € pour les employés et 14,2 € pour les ouvriers.
D’un point de vue sectoriel, c’est toujours l’hôtellerie et la restauration qui « payent » le moins, avec une moyenne de 13,3 euros de l’heure.
La région française où les salaires sont les plus bas est la Corse – notamment, justement, parce que c’est la région où la part des salariés travaillant dans l’hébergement et la restauration est la plus importante. On note également une différence relativement notable (de l’ordre d’un euro de l’heure en moyenne) en les régions de l’est et celles de l’ouest. L’Insee explique cette différence par le fait que le caractère frontalier des régions comme le Grand Est ou Auvergne-Rhône-Alpes tire les salaires vers le haut.
Il est à noter que le salaire moyen en Corse (15,6 € de l’heure) est plus bas encore que dans les départements ultramarins, qui s’échelonne de 16,1 € à La Réunion à 18 € en Guadeloupe. Étonnamment, les salaires sont donc en moyenne plus élevés dans les départements d’outre-mer que dans la plupart des régions métropolitaines, hors Île-de-France. L’Insee explique ceci par le fait que les salariés des Dom sont plutôt plus mal payés qu’en métropole, mais qu’ils travaillent moins à temps partiel, ce qui tire la moyenne vers le haut.
F.L.
Télécharger l’étude de l’Insee.

Édition du mardi 29 novembre 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France