Édition du vendredi 21 juin 2019


Imprimer Imprimer

Quartiers de reconquête républicaine : objectif doublé en 2019

Le ministère de l’Intérieur a publié ce matin un premier bilan du déploiement des forces de l’ordre supplémentaires dans les quartiers dits « de reconquête républicaine » (QRR), avec une annonce à la clé : « J’ai décidé que 32 nouveaux quartiers de reconquête républicaine seraient installés cette année, le double de ce qui était prévu initialement », écrit Christophe Castaner.
C’est en février 2018 que le ministre de l’Intérieur d’alors, Gérard Collomb, avait annoncé, dans le cadre du dispositif « police de sécurité du quotidien », le déploiement de « 600 effectifs dédiés dans les quartiers de reconquête républicaine ». Avec un objectif de 15 premiers quartiers en septembre 2018, puis 15 autres en 2019, et « 30 de plus à l’horizon 2020 ».
Il s’agit d’une « nouvelle manière de faire et penser » la sécurité, commente aujourd’hui l’hôte de la place Beauvau, à rebours « d’une stratégie de sécurité unique décidée à Paris » : « une sécurité sur mesure, adaptée à chaque territoire et chaque type de délinquance », pour « combattre les zones où incivilités, violences, trafics et radicalisation empêchent la vie des habitants ». Et Christophe Castaner ajoute que « chaque Français a droit à la sécurité et la loi doit être appliquée sur chaque mètre carré de la République ».
Un discours ferme qu’il faut certainement rapprocher des propos tenus par le Premier ministre lors de son discours de politique générale, la semaine dernière à l’Assemblée nationale : « Une de nos premières décisions a été (…) de concentrer les forces dans les quartiers de reconquête républicaine, où la délinquance et les incivilités avaient grimpé en flèche. Les premiers résultats sont là : en 2018, les vols avec armes ont baissé de 10 %, les cambriolages de 6 % et les vols de véhicules de 8 %. Durant les douze prochains mois, notre priorité sera de combattre le trafic de stupéfiants qui gangrène des pans entiers de notre territoire, ce qui implique de harceler les points de vente, de neutraliser les échelons de distribution et de faire tomber les têtes de réseaux. Nous procéderons aux changements d’organisation nécessaires pour parvenir à ces résultats opérationnels. »

Calendrier des déploiements
Le dispositif des quartiers de reconquête républicaine, c’est « 10 à 35 policiers ou gendarmes supplémentaires là où il y en a le plus besoin », explique Christophe Castaner. Notons au passage que les ambitions gouvernementales ont donc été un peu relevées : dans son discours du 8 février 2018, Gérard Collomb parlait, lui, de « 10 à 25 ».
Mais c’est aussi et surtout le nombre de quartiers concernés qui est en hausse, puisque le ministre a décidé de porter à 32 le nombre de nouveaux quartiers déployés cette année, contre 15 prévus. « Depuis le 17 juin, une première vague d’arrivée de policiers et de gendarmes supplémentaires va venir renforcer les effectifs des commissariats et des casernes des zones les plus exposées. » En plus des effectifs supplémentaires, chacun de ces quartiers disposera d’une « cellule de lutte contre les trafics » (CLT).
Le déploiement se fera selon le calendrier suivant : les deux premiers nouveaux QRR (à Nantes et à Nîmes) « ont déjà reçu leurs effectifs supplémentaires » ; 12 QRR seront dotés de 238 nouveaux personnels « entre juin et septembre » ; puis, les 18 quartiers restants commenceront à recevoir leurs effectifs à partir de septembre.
Il subsiste une petite incertitude sur les quartiers qui vont recevoir leurs effectifs cet été : dans le même dossier de presse, le ministre de l’Intérieur parle bien de « douze » quartiers ; mais la carte publiée en page suivante en montre treize : Paris (La Chapelle), Calais, Roubaix/Tourcoing, Le Havre, Creil, Maubeuge, Dreux, Torcy/Noisiel, Forbach, Mulhouse, Vénissieux, Grenoble, Nice. Ce sera l’agglomération grenobloise (La Villeneuve de Grenoble, La Villeneuve d’Échirolles, Renaudie-Champberton) qui sera la mieux pourvue, avec 35 personnels supplémentaires (16 en juin et 19 en septembre).
Le dossier de presse, pour chaque quartier, liste les objectifs poursuivis et les moyens alloués : création de « Groupes de voies publiques » ou de patrouilles à VTT, mise en place de « Groupes de partenariat opérationnel » avec les bailleurs sociaux, policiers ou gendarmes « délégués à la cohésion police-population », patrouilles coordonnées dans les transports en commun, création de « Groupes d’action anti-drogue » (Gaad) ou de « Brigades territoriales de contact ».
Plus globalement, au-delà de ces QRR, le ministre de l’Intérieur rappelle que le gouvernement s’est engagé à la création de 10 000 postes de policiers et de gendarmes sur l’ensemble du quinquennat (2 000 en 2018, 2 500 en 2019 et en 2020, 3 000 en 2021).
F.L.
Télécharger le dossier de presse. 
Édition du vendredi 21 juin 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France