Édition du mardi 25 juin 2019


Imprimer Imprimer

Transports et circulation : mesures exceptionnelles face à la canicule

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, ont appelé hier les opérateurs de transport et les collectivités territoriales autorités organisatrices de transport à « la mobilisation » face à la canicule – alors que 53 départements ont été placés hier en alerte orange, correspondant au niveau 3 du Plan national canicule (lire Maire info d’hier). Les temps de transport peuvent en effet être particulièrement pénibles, voire dangereux pour la santé, en cas de pic de chaleur.
Les deux ministres appellent tout d’abord les employeurs à « aménager les horaires » pour éviter les périodes de congestion ou, quand c’est possible, à « faciliter le recours au télétravail ».

Circulation différenciée
La mesure la plus spectaculaire consiste à satisfaire une revendication de longue date de la Ville de Paris : lors d’un épisode de pollution, les mesures de circulation différenciées seront déclenchées « automatiquement » et non plus sur décision du préfet, en cas d’atteinte du seuil d’alerte ou de « dépassement pendant deux jours au moins du seuil d’information et de recommandation ». D’après les informations recueillies par certains médias, la Ville de Paris aurait parallèlement l’intention de durcir les conditions de la circulation différenciée (qui, rappelons-le, sont librement fixées par les collectivités elles-mêmes) : seuls les véhicules ayant une vignette Crit’air 0 à 2 pourraient circuler, au lieu de 0 à 3 actuellement.
Anne Hidalgo, la maire de Paris, a salué hier une annonce « très positive », qu’elle et son équipe « portent depuis plusieurs années ». Elle a demandé que la circulation alternée soit mise en place dès ce début de semaine.
François de Rugy et Élisabeth Borne ont également adressé un message aux maires des grandes agglomérations, en demandant qu’un tel dispositif soit également mis en œuvre « dans l’ensemble des grandes agglomérations françaises confrontées au risque de pollution, en lien avec les élus locaux concernés ».

La SNCF « mobilisée »
Côté opérateurs nationaux, la SNCF a activé son plan « fortes chaleurs », avec la mise à disposition dans 200 gares d’un stock de 450 000 bouteilles d’eau, avec « un logiciel dédié » pour faire face aux ruptures de stocks. Les équipes de maintenance ont été renforcées pour veiller au bon fonctionnement des systèmes de refroidissement. L’infrastructure ferroviaire fait également l’objet d’une surveillance renforcée : la SNCF souhaite évidemment éviter des incidents comme ceux qui se sont déroulés en 2015, lors d’un épisode de forte chaleur. Les gares parisiennes du Nord et de Saint-Lazare avaient été bloquées pendant plus de 5 h. La dilatation fait en effet se détendre les lignes électriques de la caténaire, jusqu’à les rendre susceptibles d’être arrachées par le pantographe d’une rame (lire Maire info du 2 juillet 2015).
Du côté des opérateurs routiers, les sociétés concessionnaires d’autoroutes ont été « appelées à distribuer des bouteilles d’eau en cas de congestion aux péages » et à en doter les agents en intervention pour pouvoir en distribuer aux automobilistes en panne.
F.L.
Édition du mardi 25 juin 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France