Édition du lundi 18 février 2019


Imprimer Imprimer

Santé : des maires de grandes villes réclament des moyens pour réduire les inégalités

Alors que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vient de présenter son projet de loi Santé au Conseil des ministres et que les élus locaux ont fait part de leur inquiétude face au manque de concertation (lire Maire info du 15 février), une vingtaine de maires de grandes villes de France (1) demandent « la mise en place de moyens pour agir localement, de façon coordonnée et dans le respect de l’équité des territoires ».
Dans cette tribune, intitulée « Les inégalités de santé ne sont pas une fatalité » et parue hier dans le Journal du Dimanche, les signataires indiquent que « la France fait partie des pays où les inégalités sociales de mortalité et de santé sont les plus élevées en Europe occidentale, et la tendance n'est pas à la baisse ».
Ils rappellent que « ces inégalités commencent dès la conception et les premiers instants de la vie », précisant que « le risque de prématurité ou de petit poids de naissance peut aller du simple au double en fonction de l’emploi occupé ou du niveau d’éducation », mais aussi qu’un « homme de 35 ans, s’il est ouvrier, a une espérance de vie inférieure de 6,4 ans à celle d'un cadre ». « Comment pouvons-nous continuer à accepter que le niveau de santé, donc de bien-être, et l'espérance de vie diffèrent en fonction de l'origine sociale de nos concitoyens ? », s’interrogent les maires signataires.
S’ils se réjouissent de la signature de la Stratégie nationale de santé interministérielle 2018-2022, ils rappellent que « les leviers pour agir sont largement locaux » et que « les inégalités sociales de santé en France ne pourront pas diminuer sans l'association active et continue des collectivités ». Pour ces élus locaux, « un lien entre les acteurs politiques, institutionnels et académiques, à tous les échelons, sera la clé ».

« Décloisonner les interventions »
Réclamant « la mise en place de moyens pour agir localement, de façon coordonnée et dans le respect de l’équité des territoires », ils estiment que trois actions sont prioritaires. Ils souhaitent, d’abord, que ces inégalités « soient mesurées sur les territoires » car « il n’existe pas d’informations accessibles suffisamment précises pour les caractériser à un niveau infra-communal ».
Dans un entretien à Franceinfo, le maire d’Orléans et signataire de la tribune, Olivier Carré, détaille ces demandes et explique que, à l’échelle des mairies, « on peut accompagner par de la communication coordonnée, par de la prévention ». « Cela veut dire que vous alertez la population, que l’on peut faciliter l'accès de professions médicales dans les écoles qui sont sous la tutelle des villes, cela veut dire qu'on peut mettre la santé au cœur d'un certain nombre d'actions périscolaires. »
Ainsi, « ce qu'il faut surtout », selon le maire d’Orléans, « c'est décloisonner les interventions » des différents acteurs pour que « des collaborations plus efficaces puissent exister avec les acteurs locaux, notamment les municipalités ». C’est cette deuxième action qui constitue « le cœur de l'appel » pour Olivier Carré : « C'est de dire que les collectivités sont prêtes à s'engager dans un rendez-vous avec l'État, avec les professionnels de santé pour qu'ensemble on construise une chaîne de sensibilisation [et] une chaîne d'actions. »
Enfin, les maires signataires estiment que « former les professionnels » est une priorité. « La compréhension des mécanismes par lesquels se constituent ces inégalités de santé et les réponses à y apporter » doivent faire « partie de la formation des professionnels au contact des enfants », selon eux.
A.W.

(1) Nathalie Appéré, maire de Rennes ; Christophe Béchu, maire d'Angers ; Alain Bocquet, maire de Saint-Amand-les-Eaux ; Joël Bruneau, maire de Caen ; Olivier Carré, maire d'Orléans ; Gérard Collomb, maire de Lyon ; François Cuillandre, maire de Brest ; Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse ; Brigitte Fouré, maire d'Amiens ; Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon ; Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille ; Anne Hidalgo, maire de Paris ; Alain Juppé, maire de Bordeaux ; Michèle Lutz, maire de Mulhouse ; Eric Piolle, maire de Grenoble ; Roland Ries, maire de Strasbourg ; Johanna Rolland, maire de Nantes ; et Danielle Valéro, maire déléguée d'Evry.
Édition du lundi 18 février 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France