Édition du Mardi 15 novembre 2016


Imprimer Imprimer

Ruralité : mille maisons de services ouvertes au public d'ici fin 2016

Mille maisons de services au public (MSAP) fonctionneront d’ici la fin de l’année en France, a indiqué, mercredi dernier, en Conseil des ministres, Jean-Michel Baylet, ministre chargé de l'Aménagement du territoire et de la Ruralité, lors de la présentation des mesures prises dans ce domaine depuis le lancement des Assises des ruralités en 2014. En tout, ce sont 700 d’entre elles qui sont déjà ouvertes, dont 225 en partenariat avec La Poste.
Les maisons de service au public offrent aux habitants, notamment en zone rurale, des services de proximité et accompagnent les usagers - particuliers ou professionnels - dans leurs démarches quotidiennes : prestations sociales ou d’accès à l’emploi, transports, prévention santé, accompagnement à l'entrepreneuriat...
En matière d'accès aux soins, « 830 maisons de santé sont actuellement ouvertes, 1 000 le seront d'ici la fin de l'année et 1 400 d'ici 2018 », précise le ministère dans un communiqué.
Par ailleurs, pour lutter contre les déserts médicaux, si « plus de 1 800 contrats d'engagement avec des étudiants en médecine ont été conclus pour les inciter à s’installer sur des zones en déficit », « ils seront plus de 2 500 d'ici 2018 ».
Concernant l’éducation, le ministère explique que 23 conventions « ruralité » départementales ont été signées pour concevoir, avec les élus, l’évolution du réseau des écoles en milieu rural et améliorer l’offre éducative. De plus, « 38 sont actuellement en projet ». Un sujet qui intéresse les maires en premier lieu. Même si l'AMF considère qu'une réflexion sur une meilleure répartition des moyens de l'Education nationale est « pertinente », l'association « s'inquiète des contreparties demandées par l’Education nationale dans le cadre des conventions déjà signées ou en voie de l'être ».
L'accès à la téléphonie mobile constitue aussi une autre priorité fixée en 2014 lors des Assises de la ruralité. « 3 600 centres-bourgs issus du programme « zones blanches » seront ainsi couverts en 3G d'ici mi-2017 », indique le ministère. Pour les derniers sites recensés, l'Etat prend en charge les coûts de construction des pylônes, « soit un investissement de 30 millions d'euros ». En dehors des centres-bourgs, le gouvernement a annoncé avoir obtenu l'engagement par les opérateurs de couvrir 1 300 sites sur une période de cinq ans.
Enfin, en ce qui concerne les réseaux numériques, « 50 % des bâtiments du territoire français » disposeront, fin 2016, « d'un accès à très haut débit, avec un an d'avance sur les prévisions », selon le ministère.
Édition du Mardi 15 novembre 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr