Édition du vendredi 17 octobre 2014


Imprimer Imprimer

Campings à risque : les préfets appelés à agir très rapidement

Après les derniers événements climatiques qui ont touché l’Hérault et le Gard ces dernières semaines, et qui, outre de considérables dégâts matériels, se sont soldés par des pertes humaines dans un camping à Lamalou-les-Bains, le ministère de l’Intérieur et celui de l’Écologie veulent « réexaminer » la question de la sécurité sur les terrains dédiés au camping. Ces réflexions font l’objet d’une instruction aux préfets, publiée ce matin.
Bernard Cazeneuve et Ségolène Royal rappellent que le plan submersion rapide, lancé il y a trois ans, vient de faire l’objet d’une évaluation à mi-parcours, et souhaitent en tirer « un premier bilan ». Celui-ci n’est guère positif, puisque les ministres jugent que « les démarches entreprises ne sont pas achevées », que « les contrôles sont souvent irréguliers » et les situations « très inégales » d’un département à l’autre.
Les deux ministres donnent donc de fermes instructions aux préfets pour faire avancer les choses. Il leur est demandé, « dans les zones à risque d’inondation, de crue soudaine, de submersion marine », d’élaborer sans tarder « le recensement des campings soumis à un risque », et d’y vérifier « le respect des prescriptions d’information, d’alerte et d’évacuation ». Concernant l’installation de nouveaux campings, les préfets sont invités à vérifier particulièrement attentivement, lors de l’instruction du permis d’aménager, « la bonne prise en compte du caractère inondable et de l’exposition aux risques ».
L’instruction est également très claire sur les mesures à prendre : en cas d’alerte météo orange, les préfets doivent « examiner en liaison avec les maires la nécessité de procéder à des évacuations ». En cas de vigilance rouge, l’évacuation des campings situés près des cours d’eau à risque devra « être engagée sans délai ».
Les préfets doivent faire vite : les deux ministres leur donnent jusqu’au 31 octobre pour arrêter un programme d’inspection de tous les campings – l’inspection devant avoir lieu dans les deux ans à venir, maximum. Une fois les inspections faites, les préfets devront, pour les terrains sur lesquels il serait impossible d’adopter des mesures de sécurité suffisante, « examiner avec les maires une éventuelle fermeture administrative ».

Télécharger l’instruction du 6 octobre 2014.
Édition du vendredi 17 octobre 2014 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France