Édition du lundi 3 mai 2004


    Imprimer Imprimer

Un comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme ce lundi à Matignon

Prévu de longue date, un comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme devait se tenir ce lundi à Matignon, trois jours après la profanation, vendredi, de 127 tombes du cimetière juif d'Herrlisheim. Des inscriptions pro-nazies ont par ailleurs été découvertes dimanche en Alsace sur 22 tombes d'un cimetière catholique et protestant de la petite commune de Niederhaslach, près de Molsheim. Des croix gammées ont été tracées à l'aide d'une bombe à encre rouge sur les pierres tombales dont l'une d'entre elles était taguée du prénom "Adolf", selon le substitut du procureur de la République de Saverne, Patrick Morisot. Les ministres auront à leur disposition les dernières statistiques de l'Intérieur : au premier trimestre 2004, 67 actes antisémites et 160 menaces ont été recensés. Au dernier trimestre 2003, les chiffres étaient de 42 actes et 191 menaces. Le ministère de l'Intérieur attribue en partie ces chiffres à une vigilance accrue de ses services et de la communauté juive, mais ils n'en sont pas moins inquiétants après une année 2003 un peu meilleure que 2002 (125 actes de violences antisémites et 463 menaces contre 195 actes et 737 menaces). Malgré la forte mobilisation gouvernementale depuis trois ans (comité interministériel, concertation avec les organisations juives, vigilance dans les établissements scolaires), "l'exemple français", fréquemment vanté à l'étranger par le président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), semble marquer ses limites. Les organisations juives et antiracistes, dans leur immense majorité, ont refusé d'alimenter cette polémique, en soulignant que le sujet était trop grave pour être utilisé à des fins partisanes. Elles ont aussi relevé que les actions d'éducation dans les établissements scolaires ne pourront avoir d'effets que sur le long terme. Selon le ministère de l'Intérieur, l'évolution de la situation internationale, en particulier au Moyen-Orient, "influe énormément" sur la courbe des incidents antisémites. La conférence internationale de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), qui vient de s'achever à Berlin, a fait la même analyse. La déclaration finale relève que "l'antisémitisme, après ses conséquences les plus dévastatrices pendant l'Holocauste, a pris de nouvelles formes et expressions qui, avec d'autres formes d'intolérance, présentent une menace pour la démocratie" et pour la sécurité du monde. La profanation du cimetière alsacien, avec l'inscription de croix gammées et de croix celtiques, semble à première vue relever du vieil antisémitisme d'extrême droite, dans une région qui vote massivement pour le Front National, où des mosquées et des tombes musulmanes ont aussi été récemment saccagées.c=http://www.upgradead.c
Édition du lundi 3 mai 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France