Édition du jeudi 4 mars 2004


    Imprimer Imprimer

Le Sénat vote dans les mêmes termes que l'Assemblée nationale le projet de loi sur la laïcité

Le Sénat a voté tard mercredi soir, dans les mêmes termes que l'Assemblée nationale, le projet de loi "encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics". Ce "vote conforme", obtenu par 276 voix contre 20, vaut adoption définitive du texte par le Parlement. Il est intervenu après deux jours de débats, en présence du ministre de l'Education nationale Luc Ferry. Le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, est intervenu à la fin de la discussion générale pour réaffirmer qu'il ne s'agissait pas de s'en prendre aux religions mais d'"envoyer un signal fort et rapide". "Notre vision de la laïcité n'est pas contre les religions. Chacun a droit à l'expression de sa foi, à condition qu'à l'intérieur de l'école de la République il respecte les lois de la République", a-t-il déclaré. "Nous n'avons ni le sentiment ni la prétention de croire que tout est réglé par ce texte", a-t-il ajouté, assurant à l'adresse des partisans d'un grand texte sur la laïcité : "Le travail va continuer". Le débat, auquel auront participé une cinquantaine d'orateurs, a donné lieu sur tous les bancs à des envolées lyriques sur la laïcité, à laquelle tous les intervenants se sont déclarés profondément attachés. "Ce projet de loi n'est naturellement pas contre l'islam, pas plus qu'il n'est contre les confessions chrétiennes ou contre le judaïsme. Il est pour la République et le libre exercice de toutes ces religions en son sein", s'est exclamé Gérard Larcher (UMP, Yvelines), vice-président du Sénat. L'ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy s'est exprimé dans le même sens : "En France, nous considérons que c'est la laïcité qui crée le mieux, pour chaque individu, les conditions de sa liberté de conscience, comme celles de sa liberté de penser et d'agir, pour pratiquer la religion de son choix ou pour être athée ou agnostique." Partant de là, beaucoup de sénateurs se sont interrogés sur l'utilité, voire l'efficacité d'une loi pour réaffirmer ce principe, la majorité d'entre eux se déclarant toutefois disposés à voter le texte de l'Assemblée nationale, quitte à formuler des réserves. Le sénateur communiste de La Réunion Paul Vergès a mis en garde contre un texte qui "assimile sans nuance l'Outre-mer à la métropole" et fait courir "le risque absurde de créer des tensions là où il n'en existe pas". Il a défendu "une manière réunionnaise de vivre la laïcité" qui "démontre que celle-ci, élément essentiel de la cohésion de notre société, peut accueillir sereinement l'expression des différentes religions".c=http
Édition du jeudi 4 mars 2004 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France