Édition du mercredi 16 avril 2003


Imprimer Imprimer

Les maires de villes moyennes publient «L'atlas des villes moyennes»

Les maires de villes moyennes publient «L’atlas des villes moyennes», une radiographie précise de ces villes qui met en perspective les évolutions (natalité, mortalité, variation de la population, structure par âge, activité, professions et catégories professionnelles) les plus remarquables les ayant affectées. Les données locales disponibles pour chaque ville sont également croisées avec les grandes tendances régionales et nationales. Selon la Fédération des maires des villes moyennes (FMVM), «si les villes moyennes sont le reflet de ces grandes tendances elles présentent aussi des spécificités illustrant, notamment, des signes de vitalité positive et une attractivité à développer. Elles disposent d’atouts déterminants pour contribuer à la création de nouveaux modèles de développement offrant aux hommes le bénéfice simultané de pôles d’activité économique, d’un accès facile aux services collectifs de proximité et de la qualité de vie. La dualité entre atouts à développer et risques à maîtriser s’exprime bien dans les caractéristiques de l’évolution de la population des villes moyennes». La croissance globale de population entre 1990 et 1999 est faible (+ 0,02 % par an) «mais le mouvement reste positif sur une longue période, contrairement à l’ensemble de la France métropolitaine et des unités urbaines». Cette croissance est alimentée par un solde naturel d’ensemble positif (+ 0,4 % par an entre 1990 et 1999), soutenu par un taux global de fécondité sensiblement supérieur à la moyenne nationale (55,6 enfants pour 1 000 femmes contre 49,9 au niveau national). La structure par âge de ces villes est assez proche de celle de la France métropolitaine : les moins de 25 ans constituent 30,5 % de leur population totale, les 25-59 ans, en moyenne, 46,5 %, et les 60 ans et plus 23 %. Le taux d’activité dans ces communes (72,5 %) est très légèrement plus faible qu’au niveau national (73,1 %), ce qui indique une force de travail disponible. Enfin, les villes moyennes connaissent un taux de natalité supérieur à la moyenne nationale. "Cet atout majeur doit néanmoins être conforté par une dynamique économique fidélisant les actifs pour créer le cercle vertueux de la croissance. D’autant que la tendance est à la sur-concentration grandissante, dans les grandes métropoles, des activités économiques et aussi des élites indispensables à tout développement ", commente la FMVM.pt>
Édition du mercredi 16 avril 2003 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France