Édition du mercredi 23 mars 2005


Imprimer Imprimer

Eoliennes : le vent de la discorde

Alors que le projet de loi d'orientation sur l'énergie est examiné en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, aujourd’hui et demain, le vote en commission d'un amendement de Patrick Ollier (UMP), Serge Poignant (UMP) et Jean-Pierre Nicolas (UMP) relance le débat sur le sujet déjà sensible en première lecture des éoliennes. Cet amendement réserve le bénéfice de l'obligation d'achat d'électricité aux parcs de forte puissance, soit d'une puissance supérieure à 30 mégawatts et « à la condition qu'ils soient situés dans des zones de développement éolien identifiées par le ministre chargé de l'énergie », alors qu’actuellement, cette obligation d'achat par EDF et les distributeurs non nationalisés (entreprises locales de distribution) vaut pour les installations inférieures ou égales à 12 mégawatts. Cette nouvelle disposition ne concernerait que la métropole continentale, à l'exclusion des îles bretonnes, de la Corse et des départements d'Outre-mer. L'amendement limite par ailleurs la construction d'éoliennes à des "zones de développement de l'éolien" à définir. Le plancher de plus de 30 MW va « tuer » tous les projets existants, soit 2.500 MW, affirme le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Les zones de développement, de leur côté, vont prendre « des années à définir » et risquent d’alourdir l'instruction des projets qui prend déjà quatre ans, avertit-il. Au final,selon ce syndicat « ce sont 200 firmes qui fermeront et 2.000 emplois supprimés ». Le conseil régional de Bretagne a exprimé mardi dans un communiqué son inquiétude. Il rappelle qu’en termes de fréquence et force des vents, la Bretagne bénéficie du deuxième potentiel éolien en France après le Languedoc-Roussillon. Le Conseil régional qui a fixé un objectif d'installation de 1.000 MW d'origine éolienne d'ici 2010, indique que « l'habitat diffus qui caractérise notre région et la nécessaire préservation des paysages interdisent l'implantation de projets éoliens de très grande dimension". « Si ces amendements étaient votés, ils risqueraient de porter un coup d'arrêt définitif au développement de la filière éolienne en Bretagne », souligne le communiqué. Par ailleurs, la commission a aussi décidé qu'une étude d'impact et une enquête publique seraient désormais nécessaires pour les éoliennes de plus de 30 mètres et non plus pour celles d'une puissance supérieure à 2,5 mégawatts. Les députés se sont également penchés sur les problèmes d'approvisionnement en électricité de la Corse, et la commission a adopté un amendement visant à encourager « les investisseurs exploitant ou créant des moyens de production d'énergie » sur l'île.c=http:
Édition du mercredi 23 mars 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du mercredi 23 mars 2005

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France