Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du vendredi 22 avril 2011
Politique de la ville

L'expérimentation préfigurant la future génération des contrats urbains de cohésion sociale est lancée

Comme il l’avait annoncé le 14 avril dernier, Maurice Leroy, ministre de la Ville, chargé du Grand Paris (voir notre édition du 15 avril 2011), a tenu cette semaine une réunion de travail avec les élus, les préfets et les services de l’Etat concernés afin de lancer les contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) expérimentaux. Ces expérimentations concernent 33 sites (1) répartis sur 36 communes de 15 départements, et portent sur trois thèmes prioritaires: l’éducation, l’emploi et la sécurité. Elles donneront lieu à une évaluation pour dégager les bonnes pratiques susceptibles d’être généralisées à la génération de contrats qui succèdera aux CUCS en 2014. L’ensemble des acteurs impliqués localement (Etat, collectivités locales…) y sont associés, renforçant le caractère partenarial de la politique de la ville. Lors de cette réunion, le ministre devait rappeler que «la politique de la ville est interministérielle, partenariale et contractuelle» et qu’«aujourd’hui, la mobilisation du droit commun dans les quartiers n’est pas suffisante». Il soulignait que «dans un contexte très contraint pour les finances publiques, il est pertinent de prioriser les territoires et les publics qui en ont le plus besoin». «Nous devons mettre en œuvre des actions encore plus pertinentes et efficaces, des actions construites «sur mesure» pour répondre aux besoins des populations, aux spécificités des territoires», a-t-il précisé avant de présenter l’expérimentation qu’il juge «indispensable pour réduire les écarts entre les territoires où vivent près de 8 millions de nos concitoyens». A l’issue de cette séance de travail à laquelle il participait, Michel Destot, député-maire de Grenoble et président de l’AMGVF, indique dans un communiqué que les maires de grandes villes «enregistrent avec satisfaction la volonté de l’Etat de mobiliser, de manière privilégiée, les politiques de droit commun, en matière d’éducation, d’emploi et de sécurité, sur les sites considérés comme les plus prioritaires de notre pays». Toutefois, l’AMGVF s’interroge d'une part «sur les moyens qui seront effectivement mis à disposition dans une période de restriction budgétaire et appelle, à nouveau, à une plus grande territorialisation de la gouvernance des politiques de la ville, en matière d’éducation mais aussi de police et de justice» et, d'autre part, sur le devenir des «autres territoires non éligibles à ces expérimentations, qui sont en train de connaître des baisses significatives des crédits de l’Etat et pour lesquels la solidarité nationale doit pouvoir également s’appliquer». (1) Pour télécharger la liste des sites expérimentaux retenus, utiliser le premier lien ci-dessous (PDF 9,2 Ko). Pour télécharger la note portant sur «les politiques publiques prioritaires portées par un avenant thématique expérimental» utiliser le second lien ci-dessous (PDF 67,7 Ko).
S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER


Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site