Édition du mercredi 29 juillet 2009


Imprimer Imprimer

Sécheresse : 31 départements du nord frappés par des restrictions d'eau

Selon le protocole défini avec les préfets depuis la grande sécheresse de 2003, qui prévoit que des restrictions sont prises lorsqu'une rivière ou une nappe au moins du département concerné présente un déficit, à la fin juillet, des mesures de restriction des usages de l'eau ont été prises dans 31 départements. Ces départements se situent principalement dans la moitié nord du pays. Plutôt qu'un épisode de sécheresse, ces restrictions révèlent un déficit devenu structurel. Dans certains endroits, quelle que soit la pluviométrie, dès qu'il fait chaud et qu'il faut arroser le maïs, les restrictions s'avèrent nécessaires, constate le ministère de l’Ecologie. Deux grandes régions - le Centre Ouest (Poitou-Charentes jusqu'au Loiret) et la Beauce, jusqu'au sud de la région parisienne - sont touchées chaque année de façon récurrente en raison de nappes souterraines déficitaires. Au 10 juillet, douze départements avaient déjà pris des mesures pour au moins un bassin versant. La Charente, la Nièvre, les Deux-Sèvres, la Vendée et la Vienne avaient déclenché l'état d'alerte, l'Ardèche, la Côte-d'Or, l'Indre, le Maine-et-Loire et la Sarthe avaient déclenché l'état de crise et l'Essonne et la Seine-et-Marne avaient déclenché l'état de crise renforcée. Les mesures de restriction, voire d'interdiction, concernent l'arrosage des pelouses, des espaces verts et sportifs, des massifs floraux et des jardins potagers, le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles. Par contre, la situation de la moitié sud est plutôt meilleure qu'en 2008. Le littoral de la Côte d'Azur a reçu de fortes pluies fin juin, début juillet. Et pour les autres régions, du sud-ouest notamment, le ministère se dit « plutôt confiant » en raison des orages nombreux qui arrosent la zone à partir de la mi-août. Ces observations du ministère recoupent celles du BRGM: dans une note d'information publiée mi-juillet, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) relevait la baisse générale du niveau des nappes phréatiques françaises. Il restait cependant encore supérieur à la normale en Bretagne, Basse-Normandie, Nord-Pas-de-Calais et dans le Sud sauf le Roussillon, mais s'avérait inférieur à la normale dans le Centre, l'Ile-de-France, Champagne-Ardenne et en Lorraine. avec AFP
Édition du mercredi 29 juillet 2009 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France