Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du vendredi 2 juillet 2021
Sports

Plan de relance : une première enveloppe débloquée pour la rénovation énergétique des équipements sportifs

La première moitié des crédits du plan France relance fléchés pour la rénovation énergétique des équipements sportifs a été répartie entre 33 lauréats, a annoncé mardi la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu.

Par Ludovic Galtier

Le vieillissement des équipements sportifs français avait fini de convaincre le gouvernement, à la rentrée dernière, de consacrer 50 millions d’euros (2021-2022) à leur rénovation énergétique. La moitié de cette enveloppe - largement insuffisante quand on sait que le coût de rénovation du parc existant est estimé à 21 milliards d’euros - a été attribuée, a annoncé en début de semaine la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu. 

Les 25 millions d’euros ont été répartis entre 33 lauréats. « Les travaux engagés devront permettre de réduire la consommation d’énergie de ces différents équipements, et ce, de façon significative et rapide », indique la ministre. Ce sera, par exemple, le cas à Toulouse (Haute-Garonne) avec la mise en place de revêtements synthétiques et d’un éclairage LED pour trois terrains, pour un montant de 400 000 euros. À Senones (Vosges), la « réhabilitation lourde »  du gymnase municipal (450 000 euros) devrait considérablement, elle aussi, contribuer à la réduction de la facture énergétique.

« L'amélioration des performances énergétiques des équipements, dont l’exigence a été fixée par la loi Élan en 2018 pour les bâtiments tertiaires recevant du public, rappelle la ministre, passe par la réduction de leurs besoins en énergie grâce à des travaux d’isolation, de chauffage, par le recours à des systèmes efficaces pour limiter la consommation d'énergie et enfin par le déploiement des énergies renouvelables ».

14 équipements sportifs situés en QPV, 12 en « zone rurale carencée » 

Parmi les 33 dossiers retenus, « trois concernent des territoires ultramarins - Guadeloupe, Guyane, Mayotte - pour un montant total de subvention de 2,46 millions d’euros ». Douze équipements sont situés en « zone rurale carencée »  et quatorze dans ou à proximité d’un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). Deux dossiers sont, enfin, situés à la fois dans ou à proximité d’un QPV et dans une zone rurale carencée.

En parallèle à ce ciblage, l’Agence nationale du sport, Maire info l’évoquait dans son édition du 15 juin, est chargée d’attribuer les 30 millions d'euros qui financeront des projets de construction et de rénovation d'équipements sportifs dans les quartiers prioritaires. Annoncés en début d'année, ces crédits supplémentaires portent le budget de la part Équipements pour le développement des pratiques à 116 millions d'euros. 

Rappelons enfin que les équipements sportifs structurants (gymnases, piscines, salles spécialisées) peuvent prétendre à la dotation de soutien à l’investissement local (Dsil), qui a été abondée, en 2020, d’un milliard d’euros (de 0,6 à 1,6 milliard d’euros). 

« Dynamiser l’emploi sportif » 

Ce plan de relance sectoriel d’un montant total de 122 millions d’euros sur deux ans (2021-2022) « a pour objectif de dynamiser l’emploi sportif, stimuler la transformation numérique des fédérations, renforcer la reprise d’activités des associations locales et accompagner la rénovation énergétique des équipements sportifs », explique la ministre.

Sur ces 122 millions d'euros, 40 millions d’euros seront, en effet, consacrés à l’emploi sportif des jeunes (l’objectif est de passer de 5 300 emplois aujourd’hui à 7 500 en 2021 et 10 000 en 2022).

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2