Édition du lundi 30 avril 2012


    Imprimer Imprimer

Près des trois quarts des élus estiment que l'offre est adaptée aux besoins des familles ayant de jeunes enfants dans leur commune

Selon une enquête de la Caisse nationale des allocations familiales (1) réalisée auprès de 300 élus représentatifs des communes françaises, «70% des élus jugent l’offre sur leur commune adaptée aux besoins des familles ayant de jeunes enfants dans leur commune». Cette enquête, ayant pour objet d’évaluer le «contrat enfance jeunesse (CEJ), concrétisant localement la politique de la petite enfance de la branche famille, révèle «l’intérêt des élus pour une politique adaptée aux besoins des parents actifs ayant de jeunes enfants et leur sentiment de répondre aux besoins des familles».
Invités à se prononcer sur leur perception des besoins des familles ayant de jeunes enfants dans leur commune, «quatre élus sur cinq expriment le sentiment de bien connaître les attentes des parents». Toutefois, soulignent les auteurs de l’article paru dans le bulletin de la CAF, «certaines informations clés peuvent demeurer partielles: un peu plus de la moitié (56%) des élus interrogés savent précisément le nombre d’enfants âgés de moins de 3 ans sur leur commune, et plus des deux tiers (70%) n’ont pas d’idée sur les évolutions possibles de ce nombre d’enfants».
Si «la majorité (64%) des élus estiment disposer d’éléments suffisants pour concevoir une politique adaptée aux besoins des famille», néanmoins «seule la moitié des collectivités ont fait effectivement réaliser un diagnostic sur lequel appuyer cette connaissance, et dans près des trois quarts des cas (70%), les familles ne sont lors de ces diagnostics ni associées ni consultées pour l’approche de leurs attentes».
Presque tous les élus déclarent «connaître l'offre présente sur leur commune» et «tous estiment savoir le nombre de places d’accueil collectif de la petite enfance sur leur commune (sept sur dix) ainsi que le nombre d’assistant-e-s maternel-le-s (huit sur dix)».
Près des trois quarts (70%) des élus jugent l’offre sur leur commune adaptée aux besoins. Plus la collectivité est petite et plus les élus ont ce sentiment d’une offre en phase avec les attentes. Ils signalent des déficits en places d’accueil de faible ampleur, en moyenne de 23 places parmi ceux estimant qu'il existe un déficit.
En outre, la plupart souhaitent «s’impliquer davantage dans le futur dans des actions de développement, en quantité et en qualité, de l'accueil, individuel et collectif, des différences étant toutefois observées selon la taille des communes et leur niveau d’engagement». Pour l’avenir, «neuf communes sur dix souhaitent que la CAF les accompagne dans leurs projets, sur le plan financier, mais aussi sur le plan technique».

(1) «L’essentiel», publication électronique de la Caisse nationale des Allocations familiales, Direction des statistiques, des études et de la recherche, ° 121 - avril 2012.
Pour télécharger le numéro du bulletin (PDF 350 Ko), utiliser le lien ci-dessous.
Édition du lundi 30 avril 2012 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France