Édition du jeudi 25 février 2010


Imprimer Imprimer

Jérôme Cahuzac élu président de la commission des finances de l'Assemblée nationale

Jérôme Cahuzac, député PS du Lot-et-Garonne, maire de Villeneuve-sur-Lot, 57 ans, a été officiellement désigné hier président de la commission des finances de l'Assemblée, lors d'une brève réunion de cette commission, en remplacement de Didier Migaud, nommé la veille premier président de la Cour des comptes. Il n’y a pas d’autres candidats qui se soient présentés, a déclaré M. Cahuzac, choisi le matin même par ses collègues du groupe PS lors d’une primaire avec Jean-Pierre Balligand (103 voix contre 60). «La fonction institutionnelle sera exercée comme mes prédécesseurs. Il y a une fonction politique. Il y a des divergences entre la droite et la gauche, notamment sur les finances publiques et leur degré de gravité, la gravité du chômage et les moyens d’y remédier. Ce débat, je l’assumerai», a-t-il déclaré à la presse. En vertu d’une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy, entérinée par le nouveau règlement de l’Assemblée nationale, la présidence de la commission des Finances, la plus prestigieuse, revient à un membre de l’opposition. L’UMP comme le gouvernement ne voyaient toutefois pas d’un très bon œil l'élection de M. Cahuzac, considéré comme un adversaire résolu de la politique économique menée par la droite, et ils ont d’ailleurs plaidé en vain pour la nomination de M. Balligand, jugé plus consensuel. Porte-parole du groupe UMP pour le budget, Jérôme Chartier a d’ailleurs aussitôt lancé une mise en garde à M. Cahuzac: «Là où Didier Migaud prenait soin de mettre de la mesure dans ses paroles, sans renier ses convictions partisanes, ce que personne ne lui a jamais demandé de faire, j’observerai, je l’espère, la même mesure dans les propos tenus par M. Cahuzac dans l’exercice de ses nouvelles responsabilités de président. La responsabilité de président de la commission des finances est par nature bien différente de celle qu’occupait M. Cahuzac comme orateur du groupe socialiste sur les lois de finances», a ajouté M. Chartier. Même son de cloche du vice-président UMP de l’Assemblée, Marc Laffineur: «J’attends de M. Cahuzac qu’il ait la même attitude que Didier Migaud, qui a permis des débats extrêmement constructifs au sein de la commission», a-t-il déclaré. (avec AFP)
Édition du jeudi 25 février 2010 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France