Édition du lundi 16 juin 2014


Imprimer Imprimer

Outre-mer : la Cour des comptes veut restaurer « l'égalité des droits à la santé »

La Cour des comptes a rendu public, le 12 juin, un rapport sur le système de santé dans les Outre-mer, avec à la clé un constat sévère : le système est « à la peine ». Si la situation sanitaire des Outre-mer est évidemment – et heureusement – jugée « beaucoup plus satisfaisante que celle des pays qui les avoisinent », comme Haïti ou Madagascar, par exemple – la Cour relève cependant « des difficultés persistantes ». D’abord un taux de mortalité infantile bien plus élevé qu’en métropole, et qui s’aggrave : il atteint 9,9 décès pour 1000 naissances en Guadeloupe, 16,1 à Mayotte – contre 3,3 en métropole. Ce taux s’explique par des maladies infectieuses qui n’existent pas ou presque en métropole (chikungunya, dengue, zika…), mais aussi par la pauvreté, voire la malnutrition à Mayotte.
L’Outre-mer connaît également des taux inquiétants de surpoids et d’obésité : à Wallis-et-Futuna, 87% de la population est dans l’une de ces deux situations (contre 49 % en métropole). La Cour relève également « des conduites addictives spécifiques » dans ces territoires, avec une consommation d’alcool nettement supérieure à la moyenne nationale et le développement, dans le Pacifique notamment, de l’usage d’une drogue extrêmement dangereuse, le biak.
Au-delà du constat sanitaire, la Cour dresse un bilan sévère de l’organisation du système de santé : « répartition très inégale des professionnels entre bassins de vie », « lourdes insuffisances de gestion » dans les hôpitaux, qui souffrent, a contrario, « de sureffectifs chroniques ».
Les experts de la rue Cambon rappellent donc – c’est même le titre de leur rapport – que la santé dans les Outre-mer est « une responsabilité de la République », et ils appellent à la mise en place « urgente » d’une « nouvelle stratégie globale », assortie d’un « programme pluriannuel de santé publique pour les outre-mer ».
Parmi les 14 recommandations de la Cour, on retiendra la volonté de « recentrer l’hôpital sur les pathologies les plus lourdes, en développant les prises en charge médicales et médico-sociales alternatives à l’hospitalisation » ; la mise en place d’un « schéma directeur de la collecte et de l’exploitation des données de santé des outre-mer » ; celle d’une « obligation de service public relative aux conditions d’évacuation sanitaire » ; ou encore la création d’un « réseau interministériel composé d’un chargé de mission référent outre-mer dans chaque direction et agence sanitaire concernée ». L’enjeu n’est pas mince, rappelle la Cour des comptes : il s’agit, tout simplement, « d’assurer l’égalité des droits à la santé dans la République ».

Télécharger le rapport de la Cour des comptes sur le système de santé Outre-mer.
Édition du lundi 16 juin 2014 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France