Édition du lundi 18 février 2019


Imprimer Imprimer

Numérique : le « conseiller médiateur » devient « responsable d'espace de médiation numérique »

Dans un arrêté paru au Journal officiel vendredi, le ministère du Travail vient de réviser le titre professionnel de conseiller médiateur numérique au profit de celui de responsable d'espace de médiation numérique. Un nouvel intitulé qui sera enregistré dans le répertoire national des certifications professionnelles « à compter du 13 juillet 2019 ».
Alors que Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, a lancé, en septembre dernier, un Plan national pour un numérique inclusif et que 20 % de la population française est en situation d’illectronisme, soit 13 millions de Français (lire Maire info du 20 septembre 2018), cet arrêté précise que le responsable d'espace de médiation se doit, à l’instar du conseiller médiateur, d’« accompagner différents publics vers l'autonomie dans les usages des technologies, services et médias numériques ».
Ses deux autres compétences évoluent toutefois puisque - contrairement à son statut antérieur qui lui imposait d’« assister les utilisateurs dans des espaces collaboratifs et/ou de fabrication numérique » et de « collaborer à la valorisation numérique d'un territoire, d'une entreprise, ou d'un projet » - , le responsable d’espace de médiation se doit désormais de « contribuer au développement d'un espace de médiation numérique et de ses projets » mais aussi « à la gestion d'un espace de médiation numérique et d'animer ses projets collaboratifs ».
Parmi ses compétences, le responsable d'espace de médiation numérique doit ainsi « accueillir différents publics, les informer et proposer des actions de médiation numérique ». Il doit « gérer, animer et développer un espace collaboratif de type tiers-lieu (espace public numérique, fab lab, espace de coworking, etc.) en proposant des actions destinées à favoriser les usages et pratiques autonomes des technologies, services et médias numériques de larges publics ».
« En lien avec les acteurs de son territoire », l’arrêté précise qu’il doit « faciliter la création de projets coopératifs construits autour de communautés d'intérêts », mais aussi réaliser un « diagnostic de territoire des besoins numériques » et repérer « les besoins et les difficultés numériques de publics variés : enfants, jeunes, adultes, seniors, populations fragiles, petites organisations ».
Le responsable d'espace de médiation numérique, précise le ministère du Travail, doit également « accueillir les publics, analyser leur situation, évaluer leurs besoins et leurs difficultés pour leur proposer, dans différents environnements numériques, des actions de formation et d'accompagnement adaptées ». Il doit ainsi « préparer et animer des actions de médiation individuelles et collectives dans différents environnements numériques ».
Pour rappel, le gouvernement s’est fixé pour objectif, dans le cadre de son Plan national pour un numérique inclusif, de former 1,5 million de personnes au numérique chaque année par le biais de dispositifs, financés notamment par l’État et la Banque des territoires à hauteur de 100 millions d’euros sur plusieurs années.
A.W.

Consulter l’arrêté.
Édition du lundi 18 février 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France