Édition du mardi 23 juillet 2019


Imprimer Imprimer

New Deal Mobile : un « protocole de coopération » pour mettre en œuvre le dispositif de couverture ciblée

364 nouvelles zones éligibles au dispositif de couverture ciblée - qui devront donc être équipées en 4G dans un délai d’un ou deux ans suivant les cas - viennent d’être identifiées par les équipes-projets locales et notifiées aux opérateurs par arrêté ministériel (la liste est à retrouver ici). Ce qui porte le nombre de sites mobiles identifiés à 1 177 depuis juillet 2018. Que se passe-t-il ensuite ? Chargée de superviser le New Deal Mobile, la Mission France Mobile met, à la disposition des collectivités, un « Protocole de coopération », rédigé en partenariat avec les associations d’élus et les opérateurs. Il décrit les différentes étapes du dispositif, de l’identification au suivi des travaux.

Un rôle « facilitateur » des collectivités
Pour accélérer le déploiement de la 4G, les collectivités sont invitées à jouer un « rôle de facilitateur » pour les opérateurs. Celles qui « optent pour un accès au service dans le délai de 24 mois » peuvent, par exemple en lien avec l’équipe-projet locale, « recenser et communiquer à l’opérateur leader les points hauts déjà présents dans les zones de recherche, et susceptibles d’accueillir des antennes relais », « suivre l’instruction des demandes d’autorisation d’urbanisme » ou encore « contacter les autorités organisatrices de la distribution d’énergie (AODE) afin d’anticiper les études de raccordement au réseau électrique ».

Un rôle « leader » des opérateurs
De leur côté, les opérateurs « se répartissent les sites mobiles du dispositif de couverture ciblée à déployer dans le mois suivant la publication de l’arrêté identifiant des zones à couvrir. » Un opérateur mobile est donc désigné pour construire et mettre en service le site mobile, pour le compte des autres opérateurs : c’est ce que l’on appelle l’opérateur « leader ». Charge à lui ensuite de « s’identifier auprès de la collectivité et de l’équipe-projet concernée par le déploiement du site ».

Quel délai jusqu’à la mise en service du pylône ?
L’opérateur dispose d’un délai de 24 mois, à partir de la publication de l'arrêté, pour construire et mettre le site mobile en service quand la collectivité territoriale ne met pas de point haut ou de terrain viabilisé à la disposition de l’opérateur.
L’obligation pour ce dernier est ramenée à 12 mois quand la collectivité territoriale souhaite accélérer le déploiement en mettant à la disposition de l’opérateur un emplacement viabilisé (terrain ou point haut existant), raccordé au réseau électrique et accompagné de l’autorisation d’urbanisme nécessaire.
La collectivité doit « faire part de sa décision de mettre à disposition un emplacement (terrain ou point haut) viabilisé accompagné d’une autorisation d’urbanisme » à l’opérateur « leader » et à l’équipe-projet au plus tard deux mois après la publication de la zone à couvrir dans l’arrêté et après délibération du conseil municipal. Le cas par défaut s’inscrit dans un calendrier à 24 mois.

Comment le loyer ou la redevance sont-ils définis ?
La mise à disposition d’un terrain ou d’un point haut « donne lieu au paiement d’une redevance ou d’un loyer annuel dont le montant est fixé par délibération du conseil municipal ou départemental ». « Ce montant doit être conforme aux règles issues du droit de la concurrence - au risque d’être qualifié d’aide d’État (ce montant ne peut être établi à un montant trop bas) - et du code général de la propriété des personnes publiques. Il sera calculé, au cas le cas, selon les modalités habituellement pratiquées par les opérateurs dans les zones concernées (rurales, périurbaines…). »
En ce qui concerne la cession d’une parcelle, « seules celles appartenant au domaine privé communal peuvent faire l’objet d’une transaction, les biens appartenant au domaine public étant inaliénables et incessibles. La vente doit se faire à une valeur au moins égale à la valeur vénale et, selon les cas, après l’avis des services de la Direction de l’immobilier de l’État, ex-France Domaine, l’acheteur prenant, par ailleurs, en charge les frais liés à l'acquisition du terrain (bornage, frais liés à la mise à jour du cadastre, etc.). »

Comment est organisé le suivi des travaux ?
Dans le cadre du dispositif de couverture ciblée, un des volets du New Deal Mobile conclu le 14 janvier 2018 entre l’État, l’Arcep et les opérateurs, « chaque opérateur a l’obligation d’installer 5 000 nouveaux sites mobiles (dont certains pourront être mutualisés), à un rythme de 600 à 800 sites par an ». L’opérateur leader informe, au moins deux fois par an et lors des réunions d’équipes-projets, la collectivité concernée et les référents de l’équipe-projet, de l’avancée des déploiements dans les zones qu’il doit couvrir en application de l’arrêté ministériel.
Ludovic Galtier
Télécharger le « Protocole de coopération ».
Édition du mardi 23 juillet 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France