Édition du lundi 17 juin 2013


Imprimer Imprimer

Lancement d'un plan d'actions sur la sécurité des télésièges

Le ministre chargé des Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé vendredi 14 juin le lancement d’une réflexion sur la sécurité de l’usage des remontées mécaniques, et en particulier des télésièges, après plusieurs accidents survenus l’hiver dernier. À Montgenèvre notamment (Hautes-Alpes), une jeune Anglaise de 13 ans s’est tuée en février dernier en tombant d’un télésiège.
L’annonce du ministre fait suite à une journée d’études organisée deux jours plus tôt par le STRMTG (Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés). Ce service , dépendant du ministère des Transports est en quelque sorte le gendarme de la profession : il est seul habilité à délivrer des certificats de conformité et les autorisations de mise en exploitation aussi bien pour les télésièges et les téléphériques que pour les funiculaires et les tramways.
La journée d’études du STRMTG, « avec l’ensemble des acteurs de la profession », a été consacrée à « l’étude des questions d’exploitation, d’utilisation et de surveillance des télésièges, l’évolution du comportement des usagers et les pistes d’amélioration possibles ». Trois pistes sont évoquées pour améliorer la sécurité : mettre en place un système empêchant les enfants de glisser sous les garde-corps des télésièges, ou un système qui empêche de relever les garde-corps de façon prématurée ; et surtout – ce qui serait le plus coûteux – des alarmes ou des caméras de détection pour aider le « machiniste » à détecter les personnes mal placées ou mal assises.
Côté ministère, on annonce le lancement prochain d’une campagne de communication à destination des usagers, et surtout la volonté de « renforcer la coopération de terrain » entre les parties prenantes pour renforcer la sécurité. Une « convention-cadre » va notamment être rédigée. Par ailleurs, Frédéric Cuvillier veut en savoir plus sur l’accidentologie des remontées mécaniques et surtout ses causes. Il souhaite améliorer « les données à renseigner dans les déclarations d’accidents afin de disposer d’une meilleure connaissance de leurs causes. » Il est à noter que le STRMTG publie chaque année un rapport très précis sur les accidents de tramway en France, tous réseaux confondus, mais rien sur les remontées mécaniques. Lors de la journée technique, Daniel Pfeiffer, directeur du STRMTG, a toutefois rappelé la rareté de ces incidents ou accidents : « N’oublions pas que l’on parle de quelques blessés graves par an pour 100 millions de passages », a-t-il relativisé.

Édition du lundi 17 juin 2013 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France