Édition du mercredi 9 janvier 2019


Imprimer Imprimer

Succès « prometteur » pour l'appel à projets Territoire & vélo

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Ademe ont dressé fin décembre le bilan – jugé « remarquable » – de l’appel à projets Vélo & territoire.
L’Ademe rappelle que l’objectif de cet appel à projets – destiné aux collectivités de moins de 250 000 habitants – est « d’accompagner les territoires afin de leur permettre d’anticiper le déploiement du plan vélo en soutenant la définition, l’expérimentation et l’animation de leur politique cyclable ». Trois types de politiques sont susceptibles d’être soutenues : les études, le développement des services vélo et le recrutement de chargés de mission dédiés.
L’agence a reçu 165 candidatures, ce qui constitue « un record » dans le secteur transport et mobilité. Ces candidatures totalisent 17 millions d’euros d’aide demandées. Des territoires issus de toutes les régions métropolitaines ont répondu, bien que de façon hétérogène : si près de 40 dossiers ont été déposés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, moins de 5 l’ont été en Centre-Val-de-Loire, Normandie, Corse. Côté outre-mer, seules la Nouvelle-Calédonie et la Guyane ont fourni des candidats.
Ce sont majoritairement les EPCI qui ont candidaté (117 sur 165), suivis par les communes (24). Parmi les candidats, on compte également deux départements, cinq parcs naturels régionaux et 14 syndicats. « Certains territoires se lancent pour la première fois dans une politique en faveur du vélo pour faire émerger la pratique, d’autres, déjà engagés, veulent changer d’échelle dans leur politique et accélérer la dynamique de développement du vélo », note l’Ademe. La majorité des demandes concerne des études de planification des aménagements, mais d’autres territoires souhaitent également « expérimenter des services vélo » ou lancer des campagnes de communication.
L’Ademe rappelle qu’un second relevé de l’appel à projets a été ouvert le 20 décembre et sera clos le 11 février.
Ces bons résultats interviennent au moment où la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a également lancé un appel à projets « Fonds mobilités active – continuités cyclables ». Cet appel à projets vise à résorber les discontinuités (rocades, voies ferrées) qui viennent interrompre les itinéraires cyclables et « génèrent un inconfort important » pour les cyclistes. Il a pour objectif de « soutenir des maîtres d’ouvrage publics pour la réalisation de projets d’infrastructures structurants visant la résorption de ces discontinuités et particulièrement celles créées par des grandes infrastructures de transports ». L’appel à projets doit financer entre 100 et 200 millions d’euros de projets dès cette année. Le ministère rappelle également que les élus peuvent mobiliser la Dsil (dotation de soutien à l’investissement local) pour les aménagements vélo : 100 millions d’euros de Dsil, sur le quinquennat, seront consacrés à « financer des projets locaux en matière de mobilité ».
F.L.
Accéder à la plate-forme de l’appel à projets Ademe
Accéder à la plate-forme de l’appel à projets ministère des Transports.



Édition du mercredi 9 janvier 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr