Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mercredi 3 février 2016
Métropoles

Entre compétitivité et proximité, les métropoles doivent faire le grand écart

Le 1er janvier 2015, Rouen, Lille, Brest, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Lyon, Toulouse et Bordeaux accdaient au statut de mtropoles, en application de la loi Maptam. Elles rejoignaient Nice et prcdaient Marseille et Paris. La liste n'est pas close et l'on peut penser que dans les prochaines annes la France comptera une quarantaine de mtropoles , a estim Vincent de Briant, matre de confrence en droit public, en ouverture d'un colloque organis hier par le CNFPT. Objectif : faire le bilan de ces structures notamment en termes de gouvernance et de comptences un an aprs leur cration. La mtropole est un carrefour o se croisent et s'entremlent des fonctions locales, nationales et internationales. Elle a t conue par le lgislateur comme le futur champion du dveloppement territorial tout en exerant des comptences de proximit , par exemple dans le domaine de l'eau et des dchets mais aussi de la prvention, de la sant ou du logement. Elle doit grer ce paradoxe : amliorer la comptitivit de son territoire et remplir une fonction de cohsion , a analys Vincent de Briant.
Le tout en s'insrant dans un mcano institutionnel pas forcment accueillant . La mtropole drange ou en tout cas perturbe les autres acteurs -communes, dpartements, rgions- car elle n'agit pas verticalement mais transversalement, elle participera la confrence territoriale de l'action publique (CTAP) cense crer un pacte de gouvernance entre les diffrents niveaux institutionnels avec lesquels elle partage beaucoup de comptences , a poursuivi Vincent de Briant. La mtropole pourra adopter son propre schma de dveloppement conomique si celui de la rgion ne prend pas en compte ses priorits. Elle est un conseil dpartemental urbain en mergence , selon l'expression de l'universitaire, l o elle est susceptible de reprendre les comptences dans le champ des solidarits humaines et territoriales.
Ces combats de coqs pour savoir qui va manger qui ? sont vains. Il faut dpasser ces querelles de coproprits sur les comptences et appliquer le principe de subsidiarit, a estim pour sa part Bertrand Ugen, DGS de Brest Mtropole. Notre objectif est avant tout de ne pas tre un monstre bureaucratique et de garder agilit et proximit dans l'exercice de nos comptences , a-t-il galement soulign. Dans ce contexte, l'association des communes aux projets mtropolitains et leur dclinaison locale sont capitales . A Brest, les maires mettent en uvre les projets mtropolitains dans leur commune. Le pire serait de les dpossder et d'en faire des spectateurs passifs . Un tat d'esprit similaire prvaut l'Euromtropole de Strasbourg : il y a la phase participative avec la confrence des maires qui donnent leur avis sur les projets mtropolitains et la phase dlibrative qui revient au conseil. Dans tous les cas, les maires demeurent les reprsentants de la mtropole sur leur territoire. Ceci permet de diffuser la culture mtropolitaine auprs des conseillers municipaux voire de la population , a indiqu Guy Chevanne, responsable de la mission intercommunalit de l'Euromtropole.
Les mtropoles, conues comme les leaders de leur territoire, devraient-elles, terme, tre composes d'lus au suffrage universel direct ? C'est incontournable au regard de leurs comptences et de leur budget, et cela renforcera leur lisibilit auprs des habitants , a affirm Bertrand Ugen. Un autre modle de gouvernance consisterait crer un Snat mtropolitain compos des maires au dtriment cette fois du bureau mtropolitain , a avanc pour sa part Vincent de Briant.
Xavier Brivet

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2