Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mercredi 6 février 2019
Marchés publics

Les territoires, moteurs de la commande publique

Entamée en 2017 (+ 7,3 %) après quatre années consécutives de décroissance, la reprise de la commande publique s’estompe en 2018 (+ 1,2 %). Selon le Baromètre de la commande publique 2018, publié par l’Assemblée des communautés de France (AdCF) et la Banque des territoires, son volume global a atteint l’an passé 78,4 milliards d’euros (- 18,4 % par rapport à 2012). Les collectivités territoriales et leurs groupements (intercommunalités à fiscalité propre et syndicats) en sont les principaux carburants : ces derniers ont consacré 45,6 milliards d’euros à l’achat public en 2018. Un montant en hausse de 2,14 milliards d’euros (+ 5 %) sur un an. Leur poids atteint ainsi 58 % (+ 2 points par rapport à 2017), quand l’État et les bailleurs sociaux ne représentent respectivement que 14 % et 12% de la commande publique. « Pour ces derniers, la commande publique a été réduite d’un tiers depuis 2012. » 
Si les communes et les EPCI ont été les seuls, en 2018, à accroître leurs commandes de travaux (près de 17 milliards d’euros en 2018) - pendant que celles des bailleurs sociaux ont été divisées par deux entre 2012 et 2018 - la commande publique globale du secteur dévisse (- 2,8 % en 2018). Surtout pour les travaux neufs (- 5,1 %). Le constat est le même pour les secteurs de l’ingénierie (-2,6 % sur un an, après trois années de hausse ininterrompue) et des fournitures (- 2,3 %). L’embellie se poursuit, en revanche, pour les marchés de services (+ 6,5 %).

Les bâtiments publics, premier poste d’achat
Dans une deuxième série de graphiques, l'AdCF et la Banque des territoires décrivent l’évolution de la commande publique « selon la destination ». Résultat : l'entretien des bâtiments publics est le premier poste d’achat avec 19 milliards d’euros (+1,2 milliard en 2018). Suivent les transports et la voirie (11,6 milliards d’euros, +0,3 milliard sur un an) et le logement et l’habitat (9,1 milliards d’euros), secteur qui enregistre toutefois une baisse de 9 %. Cette tendance baissière touche également d’autres domaines tels que « santé-social »  (-7%) et « scolaire »  (-2%). La commande publique progresse en revanche nettement dans les secteurs « culture, sports, loisirs »  (+11 %) et « aménagement »  (+ 8 %).

« Les communes représentent près de la moitié de la commande publique locale » 
En région, les résultats sont très hétérogènes. La commande publique progresse principalement en Guyane (+ 24,7 %), en Bretagne (+ 4,7%), en Île-de-France (+ 4,2 %) et en Occitanie (+ 3 %). Et s’écroule en revanche en Polynésie française (- 48,7 %), en Nouvelle-Calédonie (- 14,7 %), en Bourgogne-Franche-Comté (- 7,7%) et en Corse (- 17,8 %). En 2017, l’île de Beauté avait pourtant « connu une progression de 20 % », rappellent les auteurs du Baromètre.
Suivant les territoires, les priorités ne sont pas les mêmes : 411 euros par habitant sont, par exemple, consacrés aux bâtiments publics et à l’aménagement en Île-de-France, contre 237 euros par habitant en Bourgogne-Franche-Comté. 149 euros par habitant sont investis dans l'environnement en Nouvelle-Aquitaine, contre 77 euros par habitant en Île-de-France.
Au-delà de ses disparités territoriales, retenons enfin que « les communes représentent près de la moitié de la commande publique locale (47 %) »  et que « les collectivités du bloc communal, communes et intercommunalités à fiscalité propre, concentrent plus des deux tiers de la commande publique ».
Ludovic Galtier
Télécharger le Baromètre de la commande publique 2018.
S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site