Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 18 mars 2019
Logement

Démantèlement de bidonvilles : un collectif d'associations appelle à « la trêve scolaire » et à décréter « l'urgence sociale »

Le Collectif national droits de l’homme (CNDH) Romeurope, accompagné par une trentaine d’associations telles que ATD-Quart monde, la Fondation Abbé-Pierre, la Ligue des droits de l'homme ou encore Médecins du monde, appelle le président de la République, dans une tribune publiée hier dans le Journal du dimanche, à une « trêve scolaire »  visant les démantèlements des bidonvilles et demande que « l’urgence sociale »  soit décrétée.

Nombre d’expulsions en hausse de « près de 40 % » 
Selon le CNDH Romeurope qui rassemble 48 associations et collectifs, le nombre d’expulsions a augmenté de « près de 40 % »  en 2018, à un « rythme infernal […] d’une expulsion tous les deux jours », soit « 171 expulsions »  qui ont « jeté à la rue 10 000 personnes ». Pour la plupart, ce sont « des personnes fortement discriminées »  - notamment des Rroms ou des « personnes perçues comme telles »  - et habitant des squats ou des bidonvilles, expliquent les signataires de la tribune.
Une situation en « contradiction »  avec le discours du président de la République, estime le CNDH Romeurope qui rappelle que lors de la présentation du Plan pauvreté en septembre 2018, celui-ci avait annoncé qu’il « poursuivr[ait] [sa] politique de résorption des bidonvilles, qui sont peuplés de 30 % d’enfants ». Ces organisations réclament ainsi que les « paroles »  d’Emmanuelle Macron « se transforment en actes »  afin de mettre en place « une réelle politique nationale, volontariste et adaptée, de résorption des bidonvilles ».
Seulement, dénoncent les auteurs de la tribune, « pour 85 % des personnes expulsées »  l’an passé, les expulsions se sont faites « sans proposer de solution stable »  en matière de relogement. « Au lieu de travailler à des solutions concertées avec les collectivités, les habitants, les associations et les services de l'Etat, la majorité des préfets continuent d'expulser les habitants des bidonvilles sans proposer de solution stable »  et de mettre en place « une politique indigne [qui] fait perdurer les bidonvilles plutôt que de les faire disparaître », ajoutent-ils.

« Augmenter significativement »  le budget dédié
Et le CNDH Romeurope de pointer « une accélération des expulsions particulièrement notable à la fin de l'année scolaire et peu avant le début de la trêve hivernale ». Malgré l’augmentation des expulsions, « la trêve scolaire n'existe toujours pas », et « ce sont des mois, voire des années d'école perdus, pour ces enfants qui ont tant besoin d'accéder à l'éducation ».
Mettant en avant les « solutions »  et les « projets ambitieux »  développés par des villes comme Montpellier ou Villeurbanne, les associations signataires demandent que le budget de 4 millions d’euros dédié à la résorption des bidonvilles « augmente significativement »  et que soient mises en place, dans le cadre d’une « urgence sociale », « la trêve scolaire »  ainsi que « l'organisation de réunions partenariales pour organiser la résorption des bidonvilles ».
A.W.
S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site