Édition du lundi 18 mars 2019


Imprimer Imprimer

Démantèlement de bidonvilles : un collectif d'associations appelle à « la trêve scolaire » et à décréter « l'urgence sociale »

Le Collectif national droits de l’homme (CNDH) Romeurope, accompagné par une trentaine d’associations telles que ATD-Quart monde, la Fondation Abbé-Pierre, la Ligue des droits de l'homme ou encore Médecins du monde, appelle le président de la République, dans une tribune publiée hier dans le Journal du dimanche, à une « trêve scolaire » visant les démantèlements des bidonvilles et demande que « l’urgence sociale » soit décrétée.

Nombre d’expulsions en hausse de « près de 40 % »
Selon le CNDH Romeurope qui rassemble 48 associations et collectifs, le nombre d’expulsions a augmenté de « près de 40 % » en 2018, à un « rythme infernal […] d’une expulsion tous les deux jours », soit « 171 expulsions » qui ont « jeté à la rue 10 000 personnes ». Pour la plupart, ce sont « des personnes fortement discriminées » - notamment des Rroms ou des « personnes perçues comme telles » - et habitant des squats ou des bidonvilles, expliquent les signataires de la tribune.
Une situation en « contradiction » avec le discours du président de la République, estime le CNDH Romeurope qui rappelle que lors de la présentation du Plan pauvreté en septembre 2018, celui-ci avait annoncé qu’il « poursuivr[ait] [sa] politique de résorption des bidonvilles, qui sont peuplés de 30 % d’enfants ». Ces organisations réclament ainsi que les « paroles » d’Emmanuelle Macron « se transforment en actes » afin de mettre en place « une réelle politique nationale, volontariste et adaptée, de résorption des bidonvilles ».
Seulement, dénoncent les auteurs de la tribune, « pour 85 % des personnes expulsées » l’an passé, les expulsions se sont faites « sans proposer de solution stable » en matière de relogement. « Au lieu de travailler à des solutions concertées avec les collectivités, les habitants, les associations et les services de l'Etat, la majorité des préfets continuent d'expulser les habitants des bidonvilles sans proposer de solution stable » et de mettre en place « une politique indigne [qui] fait perdurer les bidonvilles plutôt que de les faire disparaître », ajoutent-ils.

« Augmenter significativement » le budget dédié
Et le CNDH Romeurope de pointer « une accélération des expulsions particulièrement notable à la fin de l'année scolaire et peu avant le début de la trêve hivernale ». Malgré l’augmentation des expulsions, « la trêve scolaire n'existe toujours pas », et « ce sont des mois, voire des années d'école perdus, pour ces enfants qui ont tant besoin d'accéder à l'éducation ».
Mettant en avant les « solutions » et les « projets ambitieux » développés par des villes comme Montpellier ou Villeurbanne, les associations signataires demandent que le budget de 4 millions d’euros dédié à la résorption des bidonvilles « augmente significativement » et que soient mises en place, dans le cadre d’une « urgence sociale », « la trêve scolaire » ainsi que « l'organisation de réunions partenariales pour organiser la résorption des bidonvilles ».
A.W.
Édition du lundi 18 mars 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France