Édition du lundi 29 octobre 2018


Imprimer Imprimer

Logement social : près de 11 millions de Français y vivaient en 2016, selon l'Insee

Où sont-ils implantés ? Quel est le profil de ses occupants ? Dans sa dernière étude, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dresse un état des lieux du logement social en France.
La division Méthodes et référentiels géographiques dévoile ainsi que 10,7 millions de personnes étaient locataires d’un logement social en France en 2016. Au total, ce sont 4,5 millions de logements sociaux qui ont été recensés la même année : ils se situent principalement dans les unités urbaines de plus de 20 000 habitants. « La part des locataires du parc social par rapport au secteur libre est plus importante en région parisienne, dans le Nord de la France et dans les grandes villes telles que Lyon, Nantes et Marseille », précise l’Insee.
Sans surprise, leur nombre est le plus élevé dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) : ces derniers « regroupent 31 % de l’ensemble du parc social occupé, tandis qu’ils représentent 7 % des logements occupés en France. Dans ces quartiers, 68 % des logements sont des logements sociaux. Cette proportion s’élève à 71 % en Île-de-France. Les propriétaires occupants et les locataires du secteur libre représentent, dans ces quartiers, respectivement 15 % et 17 % du parc occupé. »

Les familles monoparentales sont « surreprésentées » dans le parc social
Pour qu’un ménage puisse bénéficier d’un logement social, il doit répondre à un certain nombre de critères d’attribution rappelés dans l'étude en téléchargement ci-dessous. Ses ressources doivent, par exemple, « être inférieures à un seuil qui dépend de la localisation de la demande, de la composition du ménage et du type de logement social demandé ». De fait, les ressources des habitants du parc social sont donc très inférieures à celles des locataires du secteur libre et surtout à celles des propriétaires occupants. « En 2016, le niveau de vie médian des locataires du parc social s’élève à 15 100 euros par an, contre respectivement 17 900 euros et 23 300 euros pour les locataires du secteur libre et les propriétaires. 85 % des ménages résidant en logement social ont un niveau de vie inférieur au niveau de vie médian des occupants du secteur libre. »
Plus pauvres - le taux de pauvreté atteint 35 % contre 23 % pour les locataires du secteur libre et 7 % pour les propriétaires - les occupants de logements sociaux sont aussi en moyenne plus jeunes que les propriétaires : l’âge moyen des « personnes de référence », c’est-à-dire celles qui déclarent le plus haut revenu parmi les déclarants principaux des foyers fiscaux qui vivent dans le logement, est de 50 ans contre 57 ans pour les propriétaires.
Difficile d'établir un profil type d'occupants de logements sociaux tellement leurs situations sont diverses. Notons toutefois que 38% d’entre eux sont, selon l’Insee, des personnes vivant seules. « Plus de la moitié d’entre elles sont des femmes (60 %) et les personnes de plus de 60 ans sont également très présentes (47 %). »
De leur côté, les familles monoparentales, plus précaires, « sont surreprésentées » dans le parc social (19 %) : « elles sont en proportion deux fois plus nombreuses que dans l’ensemble du parc occupé » quand « près du quart (23 %) des logements sociaux sont occupés par des couples avec enfant ».
L.G.
Télécharger l’enquête de l’Insee sur le logement social.
Édition du lundi 29 octobre 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France