Édition du vendredi 1 mars 2019


Imprimer Imprimer

Lutte contre les addictions et prévention des conduites à risque : un appel à projets lancé à destination des communes et intercommunalités

Un adolescent de 17 ans sur quatre fume quotidiennement du tabac. D’après une enquête publiée en 2017 par l’Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 8 % consomment de l’alcool plus de dix fois par mois et 7,4 % « présenteraient une consommation problématique » de cannabis. Dans ce contexte qu’elle juge « préoccupant », la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), rattachée au Premier ministre, a fait des enfants et des adolescents « la population prioritaire de l’action publique ». Jusqu’au 1er mai, elle lance, dans le cadre du Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022, un appel à projets doté d’une enveloppe de 900 000 euros à destination des collectivités, dont « l'implication apparaît indispensable ». Son ambition : « Prévenir ensemble à l’échelle d’un territoire les comportements à risque des jeunes liés aux substances psychoactives ».
Qu’elles soient urbaines, semi-urbaines ou rurales - où l'on assiste depuis plusieurs années à « un déploiement des trafics » -, les communes et les communautés de communes candidates se devront de répondre « au choix » à un ou plusieurs « volets » (détaillés dans le document en téléchargement ci-dessous) de cet appel à projets : « Information, communication et prise de conscience citoyenne (provoquer un changement des représentations ou des idées reçues associées aux produits psychoactifs) », « Intervention en faveur des jeunes concernés par des comportements à risque liés aux substances psychoactives : consommations à risque et/ou participation à des trafics de stupéfiants » et « Évolution d’impact d’un programme d’intervention (pour les collectivités locales déjà engagées dans un programme d’intervention visant à prévenir les comportements à risque de jeunes liés aux produits psychoactifs) ». Dans les trois cas, il s’agit de « favoriser la construction d’un projet politique partagé avec les habitants, ainsi que la mobilisation concertée des ressources disponibles ».

Comment candidater ?
Pour candidater, les collectivités « devront produire un projet global indiquant explicitement le coût complet du dispositif, séquencé dans le temps en volets opérationnels, mentionnant les différentes actions envisagées, ainsi que les partenariats et moyens humains comme financiers mis en œuvre pour garantir leur réalisation effective » et « préciseront notamment les crédits qu’elles envisagent de déléguer à des partenaires tiers pour assurer la conduite de certains projets (associations, acteurs économiques) ». La Mildeca explique en effet que les projets à forte dimension partenariale seront privilégiés, « en particulier ceux associant, aux côtés des acteurs sociaux, sanitaires et de l’insertion, les forces de l’ordre et la justice ».
Le soutien de la Mildeca pourra s’échelonner sur deux voire trois exercices budgétaires dans la limite d’un plafond global de 240 000 euros. Les collectivités retenues seont informées au plus tard le 15 juin.
En 2018, lors du premier appel à projets Mildeca, soutenu par l'AMF, plus de 70 territoires avait candidaté « témoignant ainsi de leur engagement contre les addictions ». Onze projets avaient été retenus et sont aujourd’hui en cours de mise en œuvre.
Ludovic Galtier
Télécharger l'appel à projets.
Édition du vendredi 1 mars 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France