Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mardi 7 septembre 2021
Aides conomiques

Jean Castex annonce 150 millions d'euros supplémentaires pour Territoires d'industrie

Le Premier ministre s'est longuement exprimé hier devant un parterre d'entrepreneurs en clôture du Conseil national de l'industrie, à Lyon. Il a prôné la « réindustrialisation » et annoncé, entre autres, le renforcement du programme Territoires d'industrie.

Par Franck Lemarc

Devant le Conseil national de l’industrie, Jean Castex a voulu à la fois donner des pistes pour sortir de la crise économique provoquée par l’épidémie de covid-19 et évoquer la politique à plus long terme qui était déjà celle du gouvernement avant la pandémie. Il a rappelé que la France a perdu en 2020 « 8 % de son PIB, soit une perte de richesses de 200 milliards d’euros ». Avec un objectif affirmé : « reconstituer toute cette richesse perdue dès 2022 », ce qui serait, a affirmé le Premier ministre, « à notre portée ». D’ailleurs, la reprise semble déjà « vigoureuse », avec une croissance attendue cette année autour de 6 %, et des recrutements, sur le front de l’emploi, particulièrement dynamiques avant l’été.  

« Relocaliser » 

Alors que le « quoi qu’il en coûte », c’est-à-dire la politique de mise sous perfusion des entreprises le temps du covid-19, touche à sa fin (lire Maire info du 2 septembre), le gouvernement veut renouer avec les stratégies à plus long terme qu’il a engagées « depuis 2017 », en y ajoutant des éléments nouveaux nés de la crise : le plan France Relance, et une volonté marquée d’amorcer la « relocalisation »  et la « réindustrialisation »  du pays. On se souvient que pendant l’épidémie, pour ne prendre qu’un exemple, le gouvernement avait réalisé « avec effroi »  que le pays importait la totalité de son paracétamol. Depuis, ce sont quelque 550 projets de « relocalisation »  de certaines productions qui ont été soutenus par le dispositif France relance – le Premier ministre a d’ailleurs profité de son déplacement pour visiter une usine fabriquant à nouveau le principe actif du paracétamol. 

Apprentissage et Territoires d’industrie

Le Premier ministre a répété l’objectif du gouvernement de mettre un terme à la désindustrialisation du pays, rappelant que la part des emplois industriels en France est passée de 22 % en 1982 à 13 % en 2017, avec en moyenne « 50 000 pertes d’emplois industriels par an »  sur la période. « La désindustrialisation, ce ne sont pas que des chiffres : ce sont des territoires entiers sinistrés, des conséquences sociales dramatiques, un abaissement. »  Avec des conséquences jugées « particulièrement dommageables »  par le chef du gouvernement, comme l’incapacité de la France à se positionner, pendant l’épidémie, dans la recherche sur le vaccin.

Le gouvernement souhaite donc créer un environnement le plus favorable possible à la création ou la recréation d’emplois industriels, notamment en faisant diminuer les prélèvements : c’est l’objectif de la diminution des impôts dits « de production », engagée l’an dernier. Autres axes : la « simplification », avec par exemple la mise en place de consultations électroniques pour accélérer la délivrance des autorisations administratives ; ou encore le rehaussement du seuil des marchés publics de 30 000 à 100 000 euros. 

Au chapitre des nouveautés, le Premier ministre a voulu marquer sa « croyance »  dans l’apprentissage en annonçant le prolongement de six mois (jusqu’au 30 juin 2022 donc) des aides de France relance à l’apprentissage. Il s’agit, dans le cadre du plan « un jeune, une solution », d’une aide de 5 000 euros pour un majeur et 8 000 euros pour un mineur. Il n’a pas été précisé, en revanche, si l’aide de 3 000 euros pour les apprentis recrutés par les collectivités locales (lire Maire info du 2 mars 2021) serait elle aussi reconduite. 

Autre annonce du Premier ministre hier : le plan Territoires d’industrie va être musclé. Ce plan, lancé en juillet 2020, a déjà permis de financer « 1080 projets », s’est félicité le Premier ministre, « autant d’usines et d’ateliers qui sortent de terre partout sur les territoires ». « Compte tenu de ce succès », Jean Castex a annoncé que le plan serait « redoté à hauteur de 150 millions d’euros pour soutenir des projets qui n’avaient pas pu être retenus (…) et renforcer spécifiquement le soutien aux territoires les plus durement touchés par les restructurations industrielles ». 

Il reste à savoir quels seront les territoires « spécifiquement »  visés, ce qui devrait faire l’objet d’une communication du gouvernement dans les jours ou les semaines à venir. 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2