Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du jeudi 17 octobre 2002
Investissements

La décentralisation a stimulé l'investissement local (70% de l'investissement public total) selon l'INSEE

L’investissement des administrations publiques locales représente 10 % de l’investissement de l’économie française et 70 % de l’investissement public, estime l’INSEE dans une récente publication (1). Les administrations locales y consacrent un quart de leurs dépenses. Au cours des 20 dernières années, son évolution a été marquée par les effets de la décentralisation et du cycle des élections municipales. La décentralisation a conduit les collectivités locales à investir plus que par le passé. De 1983 à 1988, les collectivités locales ont reçu progressivement de la part de l’État des transferts de « blocs de compétences » qui ont provoqué une hausse soutenue de l’investissement, principalement dans le domaine scolaire. Par ailleurs, les dépenses d’équipement ont souvent accéléré lors des années préélectorales. En 2000, l’investissement ou formation brute de capital fixe (FBCF) des administrations publiques locales s’élève à 32,2 milliards d’euros, soit 11,3 % de la FBCF de l’économie nationale et 71 % de la FBCF des administrations publiques. C’est donc une composante cruciale de l’investissement public, mais aussi de la FBCF de l’économie française dans son ensemble. Les communes en réalisent la plus grande part (58 %), les régions et départements sont à l’origine de 25 %, le reste (17%) venant d’autres organismes à compétence locale. L’investissement des administrations publiques locales est constitué pour 83 % par la construction de bâtiments, d’infrastructures ou d’équipements neufs et par la rénovation de ceux qui existent. Dans une moindre part, les administrations locales investissent également dans des meubles, des automobiles, des machines de bureau et du matériel informatique. L’investissement des collectivités locales a pris une grande ampleur depuis les lois de décentralisation de 1982 puis de 1983 et 1986. Les collectivités locales ont alors reçu de la part de l’État des transferts de « blocs de compétences », du côté des charges comme des ressources. La décentralisation a modifié les orientations des budgets des collectivités locales. Elle a notamment stimulé la croissance de l’investissement. La vive progression de la construction de bâtiments ou de travaux publics à plusieurs périodes reflète ces transferts d’activités. Ainsi, en 1988, la délégation de gestion des établissements scolaires aux collectivités locales contribue à faire progresser fortement leur FBCF : + 14,9 % en volume par rapport à 1987. En 1989, elles participent au programme « Université 2000 » et l’investissement croît alors de + 6,5%en volume. La forte croissance de l’investissement local reprend en 1991 et 1992. En 1994, la formation qualifiante des jeunes est transférée aux régions. Ainsi, en 1988, 1989 et 1994, l’investissement des collectivités locales se substitue à celui de l’État pour environ un point de l’investissement public total. (1) « L’investissement des administrations publiques locales - Influence de la décentralisation et du cycle des élections municipales. « INSEE Première » n° 867 octobre 2002.</scrip


S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site