Édition du vendredi 26 octobre 2018


Imprimer Imprimer

Santé au travail : 75 % des agents de la fonction publique estiment être stressés

Si une majorité de fonctionnaires se disent satisfaits de leur activité professionnelle, plus d’un agent sur trois estime que son travail a une influence négative sur sa santé. À la demande de la Mutualité Fonction publique, l’institut Harris Interactive a planché sur le rapport que les agents (toutes fonctions publiques confondues) entretiennent à leur travail.
Les résultats de cette étude, réalisée du 8 au 25 juin 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1 507 personnes âgées de 18 à 65 ans, sont compilés dans l’Observatoire de la fragilité sociale dans la fonction publique. Maire info détaille les trois enseignements à retenir.
Il faut retenir d’abord qu’une écrasante majorité (82 %) des agents de la fonction publique « expriment une certaine satisfaction à l’égard de leur activité professionnelle ». Le « fait de remplir une mission d’intérêt général » est le motif de satisfaction numéro un pour 87 % d’entre eux. Leur rémunération et leur charge de travail sont en revanche leurs préoccupations principales. « Ce qui rejoint les préoccupations des salariés français en général », notent les auteurs de l'étude.
Dans le détail, les agents les plus satisfaits de leur activité professionnelle sont les 18-24 ans (88 %), les catégories B (86 %) et les agents dont les revenus nets mensuels du foyer dépassent 5 000 euros (90 %). Au contraire, les agents qui ne sont « pas satisfaits » sont principalement ceux de la fonction publique hospitalière (24 %) et les catégories C (22 %).
Après ce tour de table général, le sondeur s’est focalisé sur les liens entre santé des agents et leur travail. 35% d’entre eux estiment que « leur travail a une influence négative sur leur santé » et un sur deux (51 %) pense que « l’impact du travail sur leur santé va s’accroître ».
Plus de la moitié d'entre eux ne jugent pas satisfaisantes « la présence d’espaces permettant de se reposer » (57 %) et « la fréquence des visites à la médecine du travail » (50 %). Plus d’un tiers déplore le « niveau de bruit dans leur environnement de travail » (37%), le « niveau de confort à leur poste de travail » (35 %) et « la qualité de leur mobilier de travail » (33 %).
Enfin, il est fait état dans l’étude « des conséquences psychologiques ou physiques du travail sur la santé des fonctionnaires » : 84 % des agents se sentent fatigués « de temps en temps » voire « souvent » (notamment dans l’éducation), 75 % estiment être stressés (notamment dans les ressources humaines) et 67 % ressentent des douleurs physiques liées à leur posture ou leur position au travail.
L.G.
Télécharger l’Observatoire de la fragilité sociale dans la fonction publique - Harris Interactive.
Édition du vendredi 26 octobre 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France