Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du vendredi 20 novembre 2020
Fonction publique

Aider les collectivités à organiser le retour d'un agent après un arrêt long

L’Observatoire de la Mutuelle nationale territoriale (MNT) publie une étude sur la problématique de la reprise du travail après un arrêt de plus de 30 jours et ouvre des pistes de réflexion pour les employeurs et les managers territoriaux.

Alors que la moyenne des arrêts maladie de longue durée des agents territoriaux s’élevait à 39 jours en 2017, cet indicateur a bondi à 47 jours en 2019 (1). Vieillissement de la pyramide des âges au sein de la territoriale (plus de 47 ans en moyenne en 2018), allongement des carrières, pénibilité de certains métiers et mutations profondes dans l’organisation du travail constituent les facteurs les plus souvent cités pour expliquer l’explosion des absences supérieures à 30 jours. Un phénomène face auquel les collectivités sont souvent démunies, tant pour organiser le retour des collaborateurs absents pendant une longue période que pour élaborer des politiques RH susceptibles de prévenir cet absentéisme de longue durée.
L’étude intitulée « Réintégrer le collectif et réussir à reprendre le travail après un arrêt long », publiée le 17 novembre par l’Observatoire de la MNT, tombe donc à pic pour aider les employeurs territoriaux à appréhender cette réalité socio-professionnelle. Une réalité qui met en tension les managers tout en engendrant des risques de « désinsertion professionnelle »  chez les agents concernés. Réalisé en partenariat avec l’association des administrateurs territoriaux de France (AATF) et l’Institut national des études territoriales (INET), le document propose, en effet, des pistes de réflexion à destination des responsables des exécutifs locaux et des managers opérationnels des services publics de proximité. Il compile également les bonnes pratiques observées dans les institutions territoriales en pointe sur ce sujet. 
L’étude de l’Observatoire de la MNT s’articule autour d’une idée essentielle : les employeurs territoriaux doivent adopter « une posture pro-active »  à l’égard des personnels en arrêt de longue durée. Elus, dirigeants de collectivités, responsables RH et managers sont incités à appréhender ce type d’absentéisme de manière globale, c’est-à-dire « avant, pendant et après l’arrêt de l’agent ». 

Organiser la prévention au plus près des métiers 
Selon les conclusions de l’étude, la collectivité territoriale se doit d’intervenir le plus en amont possible de l’arrêt de travail de l’agent. La lutte contre l’absentéisme de longue durée repose en premier lieu sur la prévention systématique des risques conduisant un agent à s’absenter durablement et, bien souvent, à perdre le lien avec son univers professionnel. La politique RH préconisée par les auteurs de l’étude définit deux priorités à mettre en œuvre : « La connaissance et le suivi des risques propres à chaque collectivité, au plus proche des métiers qui y sont exercés », ainsi que « l’animation d’une politique de prévention transversale »  destinée à permettre aux managers d’appréhender toute situation susceptible d’entraîner une longue absence chez un agent fragilisé (maladie, risques psychosociaux, congé maternité etc…). Parmi les pistes concrètes avancées par l’Observatoire de la MNT en matière de prévention, on peut citer la collecte des données d’absentéisme auprès des centres de gestion, l’établissement d’une cartographie interne des risques sur la santé des agents, le déploiement d’actions visant à favoriser les parcours de mobilité des personnels ou encore l’organisation de formations destinées à limiter l’usure professionnelle dans les métiers les plus à risque. 

Maintenir le lien avec l’agent 
La période pendant laquelle l’agent est en absence de longue durée constitue également un enjeu crucial. Elle doit être mise à profit par l’agent concerné et par son manager pour préserver le lien social et professionnel, notamment en maintenant un dialogue à distance. Si les auteurs de l’étude affirment que la prise de contact avec l’agent en arrêt maladie, la mise en œuvre d’un suivi social, voire la réunion d’agents en arrêt long « sont des processus efficaces de maintien du lien », ils n’éludent pas les difficultés administratives et juridiques liées à la mise en place d’un tel processus. « Il n’existe pas de doctrine identifiée au sein des collectivités sur la nature du lien managérial à entretenir avec l’agent pendant son arrêt », soulignent-ils. Si l’opportunité de joindre un agent en arrêt est aujourd’hui laissée aux managers, l’employeur doit prendre quelques précautions d’usage, comme par exemple recueillir dès l’arrivée de l’agent dans la collectivité (avec possibilité de rétractation) son consentement à être contacté en cas d’arrêt. 
A noter également que la collectivité peut profiter de l’absence d’un agent souffrant d’une pathologie chronique pour réfléchir en partenariat avec le corps médical à d’éventuels aménagements de postes, notamment par le biais de conventions avec le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). « De nouvelles pratiques restent à explorer, ajoute l’Observatoire de la MNT, comme le télétravail sur prescription médicale ou des parcours sport santé. » 

Elaborer un plan de retour au travail
L’étude met également en évidence la nécessité pour l’employeur d’anticiper le retour de l’agent au sein de la collectivité après une longue absence. Il doit notamment « systématiser la préparation des conditions matérielles et organisationnelles de la reprise »  en coordonnant l’intervention de tous les acteurs autour d’un plan de retour au travail. Il s’agit notamment d’organiser dans certains cas la reprise du travail en l’accompagnant d’une mobilité, voire d’un reclassement vers un autre métier. Dans de telles situations, les signataires de l’étude recommandent aux employeurs de s’appuyer sur l’expertise de plusieurs institutions :  centres de gestion, CNFPT, Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées, FIFHFP, etc. 

Emmanuelle Quémard

Télécharger l’étude.

(1) Panorama Sofaxis « Qualité de vie au travail et santé des agents dans les collectivités territoriales »  – novembre 2019.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2

S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site