Édition du lundi 17 septembre 2018


Imprimer Imprimer

L'absentéisme en légère progression dans les collectivités en 2017

Selon la troisième édition du benchmark réalisé par l'Association des DRH des grandes collectivités (ADRHGCT), en partenariat avec la start-up Havasu, l’absentéisme des agents des collectivités territoriales s’est élevé à 8,34 % en 2017, soit une légère progression (0,14 %) par rapport à l’année précédente.
Le baromètre montre également que la progression des absences est moins forte qu’entre 2015 et 2016 où elle atteignait 0,35 %. Même si elle ne prend pas en compte les effets éventuels de la journée de carence, rétablie depuis le 1er janvier 2018, l’étude menée auprès de 184 collectivités (représentant plus de 348 000 agents territoriaux) permet de mieux cerner les motifs des absences professionnelles au sein de la FPT et de mesurer leur répartition en fonction des métiers, des catégories administratives et de la taille des collectivités. Ainsi, il apparaît que l’absentéisme concerne majoritairement les agents de catégorie C (10,2 %, soit 2,5 plus que parmi les agents de catégorie A et deux fois plus que ceux de la catégorie B). Le taux est, en toute logique, particulièrement élevé dans les professions réputées les plus pénibles, en particulier dans les centres communaux d'action sociale (CCAS), les filières médico-sociale (10,4 %) et technique (8,9 %), soit un taux moyen nettement supérieur aux filières animation (7,5 %), administrative (6,5 %), culturelle (5,6 %) et sportive (4,9 %).
« L'intérêt de ce benchmark est que chaque collectivité peut avoir une cartographie précise de son absentéisme et en affiner les causes, explique Johan Theuret, président de l'ADRHGCT. Ce qui va permettre par conséquent à chacune de mettre en place une politique de prévention adéquate. »
Ce benchmark 2017 démontre également que les agents communaux s’absentent en moyenne deux fois par an et que 65 % des agents des CCAS ont au moins un jour d'absence dans l’année. La durée moyenne des arrêts de travail s’élève à 25 jours pour les personnels des CCAS et 20 jours pour les employés communaux, contre 22 jours pour ceux des départements et 18 jours pour les agents des EPCI.
À noter que les arrêts de travail pour maladie ordinaire (plus de 50 % du volume total des absences) sont le premier motif d’absentéisme, les accidents du travail et maladies professionnelles motivant 16 % des arrêts. « La prochaine campagne du benchmark sera lancée en 2019 et fera apparaître les données 2018 incluant la mise en place du jour de carence », remarque Johan Theuret.
E.Q.

Télécharger l'étude.


Édition du lundi 17 septembre 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France