Édition du jeudi 23 juin 2011


Imprimer Imprimer

Selon la Cour des comptes, les décideurs locaux sont «placés dans un contexte plus instable et plus imprévisible» en matière de finances locales

Dans son rapport «sur la situation et les perspectives des finances publiques, préliminaire au débat d’orientation sur les finances publiques», la Cour des comptes analyse les «instruments de régulation qui sont, dans le domaine budgétaire, les règles d’évolution des concours de l’Etat aux collectivités et les mécanismes de leur péréquation» mis en place afin d’associer les collectivités territoriales à la maitrise des déficits publics et à « la recherche de l’équité» entre elles. En ce qui concerne «l’encadrement normatif» des dotations de l’État, qui «s’est resserré depuis plusieurs années, en mettant fin successivement à des indexations sur les évolutions du PIB ou de l’inflation», le rapport observe que «cette contrainte renforcée», «ne pèse que sur un petit tiers des recettes des collectivités locales». Il est aussi indiqué qu'«elle est justifiée en prenant pour hypothèse que le niveau d’évolution des ressources est un des facteurs déterminants de la maitrise des dépenses. Ainsi, toute pression sur une des sources de financement ne peut que réduire les dépenses de fonctionnement, les déficits et les dettes des collectivités». Toutefois, observe le rapport, «les évolutions constatées en 2009 et 2010 pourraient suggérer que cette hypothèse est vérifiée, mais le recul manque encore pour conclure en ce sens». Par ailleurs, la Cour constate que «de très nombreux paramètres d’évolution des finances locales sont en cours de profonde mutation, et les décideurs locaux sont ainsi placés dans un contexte plus instable et plus imprévisible. En outre, la complexité de certaines réformes brouille des repères qui demanderont plusieurs années avant d’être à nouveau stabilisés et de pouvoir servir de bases pour les exercices prévisionnels». Après avoir analysé la réforme de la taxe professionnelle, elle constate une «perte d’autonomie fiscale» qui «ne peut qu’inciter à la prudence dans les engagements d’investissements, tant il est courant de rapprocher le potentiel fiscal d’une collectivité et ses marges d’évolution, de sa faculté d’emprunt afin de juger de sa solvabilité». Pour télécharger le rapport de la cour des comptes (PDF, 827 Ko), utiliser le lien ci-dessous.
Édition du jeudi 23 juin 2011 image
Journal Officiel

Journal Officiel du jeudi 23 juin 2011

Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère de la Culture
Commission nationale du débat public
Commission nationale du débat public
Commission nationale du débat public
Commission nationale du débat public
Commission nationale du débat public
Commission nationale du débat public
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France