Édition du mercredi 1 juin 2005


Imprimer Imprimer

Saine situation financière pour les communautés urbaines, mais leurs présidents veulent conserver leurs capacités à financer leurs projets de développement

L’Association des communautés urbaines de France (ACUF) et Dexia Crédit local ont présenté, hier, le troisième numéro de « Focus » (1), la note semestrielle présentant un bilan de la situation financière des communautés urbaines en 2004 et l’évolution des principales masses financières depuis 2001. Selon l’ACUF et Dexia-Crédit local, trois constats en ressortent : - la taxe professionnelle (3 milliards dont un tiers sous forme de compensations fiscales ou de dotation) tient une place primordiale au cœur de l’action des communautés urbaines : redistribution vers les communes (1,1 milliard dont 120 millions de dotation de solidarité communautaire) et financement de leurs compétences propres ; - les communautés urbaines sont des structures dynamiques au poids économique important : 6,8 milliards d’euros en 2004 pour leurs budgets consolidés. Leurs principaux domaines d’intervention sont les transports (1,3 milliard d’euros de dépenses), l’eau et l’assainissement (0,8 milliard) mais aussi la voirie (0,6 milliard), la gestion des ordures ménagères (0,6 milliard) et l’aménagement urbain (0,6 milliard) ; - confrontées à une faible progression de leur dotation globale de fonctionnement (+1%) et de leurs bases fiscales en matière de taxe professionnelle (+1,6%) ainsi qu’à un accroissement de leurs charges notamment dans le secteur des déchets, les communautés urbaines sont parvenues à contenir l’érosion de leur capacité d’autofinancement tout en limitant la hausse de leur pression fiscale. Mais leurs projets d’investissements (1,7 milliard) ne progressent plus, notamment dans le secteur des transports collectifs, en liaison avec l’arrêt du versement des participations de l’Etat. Si elles affichent in fine, en 2004, une situation financière d’ensemble saine, les communautés urbaines doivent cependant demander les justes conditions pour éviter sa dégradation et conserver ainsi leurs capacités à financer leurs projets de développement : la tenue des engagements de l’État en matière de financement des transports en site propre ; une indexation de leur dotation globale de fonctionnement sur le régime général ; le versement sans décalage du Fonds de compensation de la TVA. Elles seront également vigilantes quant aux conséquences de la réforme de la taxe professionnelle sur leurs ressources et leur autonomie. (1) «Focus observatoire communautés urbaines semestriel».pt><
Édition du mercredi 1 juin 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France