Édition du Vendredi 23 décembre 2005


Imprimer Imprimer

Budgets primitifs des départements: 55,8 milliards d'euros en 2005

La DGCL publie les résultats de l'exploitation des budgets primitifs départementaux de 2005. Ils retracent les prévisions de dépenses et de recettes à réaliser durant l’année et renseignent ainsi sur les arbitrages budgétaires effectués par les départements. Les départements, dans un contexte de mutations de leurs rôles et de leurs missions dans le cadre de la nouvelle étape de la décentralisation, font le choix de renforcer leurs interventions et prévoient une augmentation de leurs dépenses de gestion courante. Parallèlement, l’augmentation de la pression fiscale est sensible ce qui leur permet d’améliorer leurs marges de manœuvres financières. L’année 2005 est marquée par des modifications dans les modalités de répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF) pour les départements. Après une refonte de l’architecture des dotations par la loi de finances pour 2004, la loi de finances pour 2005 a modifié les modalités d’éligibilité et d’attribution des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales. Les budgets votés par les départements en 2005, hors opérations de gestion active de la dette, s’élèvent à 55,8 Md d’euros. L’action sociale prend une part croissante dans le budget des départements; en fonctionnement elle représente, en 2005, plus des deux tiers des dépenses. Le RMI et l’APA représentent à eux seuls 40% des dépenses d’action sociale. Les dépenses de RMI progressent de façon marquée (+14,1%), les départements anticipent en 2005 la poursuite de la hausse du nombre d’allocataires. Les dépenses d’APA croissent de 7%, hausse significative bien que plus faible, qui correspond à la fin de la montée en charge du dispositif. Les recettes de fonctionnement affichent également une forte progression (+6,9%), sous l’effet , d’une part, d’une fiscalité directe en progression de 8,3%, d’autre part d’une hausse des dotations de 7,3%, et enfin d’une progression sensible des recettes de fiscalité indirecte (+17%). Les dépenses d’investissement hors remboursements de dettes devraient progresser cette année moins vite qu’en 2004 (2,9% contre 12,8% en 2004). La reprise des dépenses d’équipement brut prévue en 2004 (+15,2%), ralentit très nettement en 2005 (+2,1%). L’épargne nette découlant de ces prévisions de recettes et de dépenses diminuerait légèrement (-2,8%). Compte tenu du tassement anticipé de l’épargne, et de la progression ralentie de l’investissement, les départements inscrivent des recettes d’emprunt dont la hausse est beaucoup plus modérée qu’au cours des années antérieures.<scrip
Édition du Vendredi 23 décembre 2005 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr