Édition du Jeudi 15 janvier 2009


Imprimer Imprimer

Le texte des Verts pour alléger l'empreinte écologique de la France pourrait être rejeté

La majorité UMP à l'Assemblée nationale devrait rejeter la semaine prochaine la proposition de loi des députés Verts visant à mesurer l'impact des lois Grenelle de l'environnement et à alléger l'empreinte écologique de la France, le texte ayant été repoussé mercredi en commission. Le président UMP de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, a estimé, selon une source parlementaire, que «l'idée défendue par les Verts est bonne» mais a justifié le refus de la majorité de soutenir le texte en indiquant qu'il fallait encore «travailler» sur ce dossier et que des rapports étaient «en préparation». «L'empreinte écologique nous paraît être un bon outil d'évaluation des politiques du Grenelle de l'environnement», a déclaré mercredi le député Verts de Paris Yves Cochet, l'un des auteurs du texte, qui doit être examiné le 20 janvier dans le cadre d'une «niche» parlementaire (séance réservée à un groupe). Concrètement, le débat se limitera à une discussion générale, sans examen des articles de la proposition de loi. «Dans les textes de loi Grenelle, on ne voit pas une seule fois le mot "indicateur". Or, il nous faudrait un outil capable de mesurer l'impact de chaque loi», souligne-t-il. La notion d'empreinte écologique est un indicateur de l'état de santé de la planète: actuellement, l'empreinte écologique de l'humanité excède de 30% les capacités de la planète à se régénérer, selon les estimations du WWF. Et en 2030, selon l’association, il faudrait deux planètes pour répondre aux besoins. Le texte propose notamment de diviser par deux l'empreinte écologique de la France en 15 ans. La proposition de loi propose aussi qu'à partir de 2012, chaque région recalcule son empreinte écologique tous les cinq ans. «Le gouvernement n'est pas contre», assure M. Cochet, conscient toutefois que son texte a «peu de chance d'être adopté». «Mais on espère le voir ressurgir à l'occasion des navettes de la loi Grenelle 2 entre Assemblée et Sénat», ajoute-t-il. Le WWF, qui fut l'un des promoteurs historiques de l'empreinte écologique, appuie le texte et se réjouit de l'émergence du débat que permettra la discussion de la loi à l'Assemblée. «Ce sera la première fois en France, alors que d'autres pays l'ont déjà débattue, voire adoptée, comme en Finlande, en Hongrie ou en Australie», où l'empreinte écologique est prise en compte avec le PIB, insiste Jean-Stéphane Devisse, directeur-adjoint des Programmes de WWF-France. (AFP)
Édition du Jeudi 15 janvier 2009 image
Journal Officiel

Journal Officiel du Jeudi 15 janvier 2009

Ministère des Solidarités et de la Santé
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr