Édition du jeudi 21 juin 2018


Imprimer Imprimer

Plan mercredi : les associations d'élus « satisfaites » mais vigilantes

Au lendemain de la présentation du Plan mercredi (lire article ci-dessus), plusieurs associations d’élus ont fait part de leur relative satisfaction. À commencer par l’Association des maires de France, par la voix de sa porte-parole (et rapporteure de sa commission Éducation), Agrès Le Brun, maire de Morlaix. L’AMF a été étroitement associée par le ministère de l’Éducation nationale à l’élaboration de ce plan, et plusieurs des revendications de l’association ont été entendues. La maire de Morlaix se dit donc « très satisfaite » de ces annonces.
Agnès Le Brun, qui s’est notamment exprimée sur France info hier, estime que ces propositions sont « intéressantes parce qu’elles laissent les collectivités libres de choisir : celles qui veulent s’engager le feront avec une aide financière, celles qui ne sont pas prêtes ne le feront pas ». Elle salue aussi un plan qui constitue « une reconnaissance de ce qui se fait, car beaucoup de collectivités ont déjà des projets éducatifs de territoire et pourront prétendre à la labellisation ». Pour elle, la question de l’accueil périscolaire n’est pas « que financière », même si les maires n’oublient jamais qu’ils doivent « présenter un budget équilibré ». Le doublement de la prestation de service ordinaire est donc évidemment une bonne nouvelle. « Reste à vérifier, nuance Agnès Le Brun, que cet argent qui a été négocié par le ministère avec la Cnaf pour aider les collectivités ne sera pas repris ailleurs. »
Au-delà, elle rappelle « qu’il y avait des difficultés dans les zones rurales, avec les anciennes modalités d’ouverture des centres d’accueil, pour obtenir le taux d’encadrement qui était exigé. C’est pourquoi l’AMF a demandé un allègement des taux d’encadrement. » Cette demande a donc été honorée.
Autre association à avoir réagi à l’annonce du Plan mercredi, l’APVF (Association des petites villes de France). Dans un communiqué, l’association souligne « les bonnes intentions » de ce plan, mais fait aussi part de ses « interrogations ». « Le plan dévoilé ce jour va permettre à terme d'aider au maintien d'une offre d'activités périscolaires au sein de nombreuses communes pour lesquelles le cadre propre à la réforme des rythmes scolaires représentait de trop fortes contraintes. » L’APVF exprime donc son « accord de principe » avec les annonces faites hier. Mais elle pose aussi un certain nombre de questions : « Le montant des crédits mobilisés et fléchés dans le cadre du Plan mercredi a-t-il vocation à être modulé en fonction des spécificités locales de la collectivité - comme son éligibilité à la dotation de solidarité urbaine, la dotation de solidarité rurale ou son appartenance à la géographie prioritaire – dans un souci de justice sociale ? » Si ce n’était pas le cas, l’association appelle le gouvernement à « compléter » le dispositif dans ce sens d’ici la rentrée. L’APVF se demande également si les aides financières annoncées sont « la contrepartie des diminutions drastiques des contrats aidés dans les communes, qui a porté un coup très dur au paysage associatif local ainsi qu'à la réforme des rythmes scolaires ? »
F.L.


Édition du jeudi 21 juin 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France