Édition du jeudi 23 juin 2005


Imprimer Imprimer

Stèle à la mémoire d'anciens militants de l'Algérie française : le préfet ne peut s'opposer au projet du maire de Marignane

Le maire de Marignane, ancien membre du Front national et du Mouvement national républicain, a prévu d'inaugurer le 6 juillet prochain, dans le cimetière de la ville, une stèle à la mémoire d'anciens membres de l'Organisation armée secrète (OAS, pro-Algérie française). Pour le ministre délégué aux Anciens combattants, "cette initiative crée un risque important pour la cohésion nationale". Il a, par conséquent, condamné ce projet d'inauguration. Le préfet de la région a précisé, pour sa part, qu'il interdira la cérémonie d'inauguration du monument si l'Adimad (Association pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie française) persiste dans son projet. Mais il n'a pas l'intention d'interdire l'édification de la stèle elle-même. Il a en effet souligné qu'il ne dispose pas des "moyens juridiques" pour s'opposer à l'édification de la stèle. Il indique par ailleurs qu'il a déjà fait savoir, début juin, au maire de Marignane que cette cérémonie lui paraît "inopportune". Plusieurs monuments à la mémoire des militants de l'Algérie française existent déjà à Toulon, Perpignan, Théoule-les-Bains et Béziers.
Édition du jeudi 23 juin 2005 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France