Édition du mercredi 30 novembre 2005


    Imprimer Imprimer

Le niveau local apparaît clairement comme l'acteur clef du développement durable, selon un sondage IPSOS-Dexia Crédit Local

Un sondage IPSOS, réalisé pour Dexia Crédit Local auprès des élus locaux et du grand public sur le thème «les élus locaux, les Français et le développement durable» montre qu’une majorité des sondés estime que la prise en compte du développement durable n'entraîne pas nécessairement de surcoût financier. Selon cette enquête, pour 62% du grand public et 59% des élus, le développement durable entraîne une mobilisation différente des ressources existantes. A l'inverse, 40% des élus estiment que cela induit forcément un coût supplémentaire (au lieu de 34% pour le grand public). Le sondage identifie aussi les acteurs pour financer les surcoûts. Pour 41% des élus, il s’agit de l'ensemble des habitants de la commune; pour 34%, les autres acteurs publics; pour 17%, l'usager du service concerné; pour 6%, les entreprises. Ce sondage a été réalisé à l’occasion des 16ème rencontres financières des décideurs locaux. Le développement durable est une notion mieux connue des élus que du grand public. Les Français ont une idée imprécise du développement durable (56%) à l’inverse des élus dont 18% seulement disent avoir une idée pas du tout ou peu précise. Les élus privilégient plutôt la dimension environnementale, le grand public la dimension sociale. Du côté du grand public, le «social» (avec 35%) arrive plutôt en tête devant l’environnement (32%) et la dimension économique (29%). Ce résultat va à l’encontre des sondages de ces dernières années survalorisant l’environnement. En revanche, 59% des élus continuent à privilégier la dimension environnementale (36% pour la dimension sociale et 16% pour l’économique). Mais la vision du grand public reste très partagée: la répartition s’avère finalement plutôt équilibrée entre le social, l’environnement et l’économie (trois gros tiers environ). Très peu ont une vision globale du développement durable: 8% du grand public seulement répond spontanément en faveur d’une combinaison des trois axes, à la différence des élus (24%). D’où la nécessité pour l’Etat et les acteurs locaux de prendre en compte les trois dimensions pour répondre aux attentes des citoyens et les sensibiliser à l'approche globale du développement durable. Le citoyen privilégie le lien de proximité et la traduction locale du développement durable. En réalité, le citoyen voit bien que c’est vers le maire que convergent les attentes: 65% des français font confiance à leur commune pour mettre en oeuvre le développement durable; 64% à la région ; 48% à l'Union européenne ; 43%à l'Etat... Pour une majorité de Français, la commune prend «plutôt» en compte le développement durable: Le grand public perçoit bien la réalité et l’importance du développement durable. Pour 61% du grand public, la commune prend en compte le développement durable dans ses politiques. De leur côté, les élus évaluent à 26% en moyenne la part de leurs investissements et achats relevant du développement durable. Le développement durable correspond bien à une tendance de fond dans l'esprit du grand public pour 75%. Pour une majorité d’élus (57%), la principale difficulté rencontrée est celle consistant à « mobiliser les moyens financiers nécessaires». En outre, apparaissent également deux difficultés non négligeables qui correspondent sans doute à cette relative «imprécision» du développement durable pour leurs concitoyens: - pour 43% des élus: difficulté à «traduire le développement durable par des mesures concrètes». - pour 36% des élus: difficulté à «mobiliser l’équipe municipale et le personnel territorial». Du fait d'une perception encore imprécise du concept, le grand public exprime un besoin d’éducation et de pédagogie (29% du grand public est en faveur de l’introduction du développement durable dans les programmes scolaires; 24% est pour informer les habitants sur les bons gestes), ce dont les élus sont également bien conscients puisque 64% d’entre eux sont également en faveur de l’intégration du développement durable dans les programmes scolai
Édition du mercredi 30 novembre 2005 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France