Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mardi 4 mars 2008
Démographie

Selon une étude des Nations Unies, la moitié de la population mondiale vivra dans des agglomérations urbaines d'ici fin 2008

D'ici fin 2008, pour la première fois dans l'histoire, la moitié de la population mondiale, 3,3 milliards d’habitants, vivra dans des agglomérations urbaines; c'est une conclusion d'une étude des Nations Unies, intitulée "Etat de la population mondiale 2007: libérer le potentiel de la croissance urbaine". D’ici 2030, ce chiffre devrait avoisiner les 5 milliards. Beaucoup des nouveaux citadins seront pauvres et leur avenir, celui des villes des pays en développement et celui de l’humanité entière dépendront dans une grande mesure des décisions prises dès aujourd’hui pour gérer cette croissance. Si la population urbaine a connu une croissance des plus rapides au XXe siècle (étant passée de 220 millions à 2,8 milliards d’habitants), cette croissance sera, au cours des décennies à venir, d’une ampleur sans précédent dans le monde en développement. La croissance aura lieu avant tout dans les villes de moins de 500.000 habitants et elle résultera de l'exode rural mais aussi à la transformation de zones rurales en centres urbains. Paradoxalement, le développement des zones rurales peut provoquer un déclin démographique. En général, le développement rural signifie une meilleure productivité agricole. Or, augmenter la productivité signifie diminuer le nombre de personnes pour la même quantité de production. Les conclusions du rapport partent du principe que le taux de natalité continuera à diminuer. Si ce taux ne diminue pas à l'avenir, la population mondiale sera de 8 milliards d'ici 2050. Le document indique aussi que «l’accroissement de la proportion urbaine de la population est inévitable, mais elle peut aussi être positive». Bien que «la concentration de pauvreté, l’expansion des taudis et les perturbations sociales actuelles des villes» et que «les agglomérations urbaines font également figure de symbole des atteintes portées à l’environnement », les « villes sont porteuses de solutions». «Les avantages potentiels de l’urbanisation compensent largement ses inconvénients» souligne le rapport, qui lance «aussi un appel à l’action» et «s’efforce d’appréhender les conséquences» de ce doublement et «analyse les mesures à prendre pour se préparer à cette croissance massive». Pour télécharger l'étude, voir lien ci-dessous (PDF, 3,2 Mo).
S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER


Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site