Édition du mercredi 13 décembre 2006


Imprimer Imprimer

L'INSEE prévoit une concentration de la population dans le sud et l'ouest français d'ici 2030

La population de France métropolitaine devrait continuer à se concentrer dans le Sud et l'Ouest du pays d'ici 2030 et baisser dans certaines régions du Nord-Est, selon une étude de l'INSEE publiée mardi. «En 2030, la France métropolitaine compterait 67,2 millions d'habitants soit 10,7% de plus qu'en 2005», selon la projection de l'INSEE. Cette croissance globale, qui cache de fortes disparités, recouvrirait une forte augmentation dans les régions méridionales et occidentales et à l'inverse une baisse dans certaines régions du quart nord-est. Ainsi, le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d'Azur continueraient à être les régions à plus forte hausse démographique avec Rhône-Alpes, les Pays de la Loire et l'Aquitaine. A l'inverse, huit régions amorceraient une phase de décroissance de la population: Champagne-Ardennes, Lorraine, Bourgogne, Auvergne, Nord-Pas-de-Calais, Haute Normandie, Basse Normandie et Picardie. Dans la moitié des régions, les décès seront plus nombreux en 2030 que les naissances. Dans le Limousin et l'Auvergne, c'est déjà le cas en 2005, mais quatre régions pourraient les rejoindre d'ici 2010 (Corse, Poitou-Charentes, Bourgogne et Aquitaine) et cinq autres d'ici 2020 (Champagne-Ardenne, Centre, Basse-Normandie, Lorraine et Bretagne). Le vieillissement, avec un âge moyen passant de 39 ans en 2005 à 42,6 ans en 2030, concernerait toutes les régions. L'Ile-de-France, région la plus jeune en 2005, le resterait et serait la seule à conserver un âge moyen en deçà de 40 ans. Le Limousin, de loin la région la plus âgée en 2005, le serait toujours en 2030 avec une moyenne d'âge de 46,5 ans, suivi de près par la Corse, la Bourgogne et l'Auvergne (tous entre 46 et 45 ans d'âge moyen). Source de fortes disparités également, le nombre de personnes de 60 ans et plus progresserait de 56% (19,7 millions en 2030 contre 12,6 millions en 2005). Toutes les régions verraient le nombre de personnes de plus de 60 ans progresser. La croissance la plus forte se trouverait être en Languedoc-Roussillon (+73%), en Alsace (+71%) et en Pays de la Loire (+69%), la plus faible se situe paradoxalement dans le Limousin (+33%) suivi par l'Auvergne (+40%) et la Bourgogne (+45%). Le nombre des personnes de moins de 20 ans, qui resterait nationalement le même d'ici 2030 (15 millions), baisserait de 15% en Bourgogne, 17% en Lorraine et 20% en Champagne-Ardenne. Résultat de ces mouvements en sens inverse, en 2030, seule l'Ile-de-France compterait plus de personnes de moins de 20 ans que de 60 ans et plus, contre treize régions actuellement. Les personnes âgées de 80 ans et plus vont constituer une part croissante de la population métropolitaine en 2030 (7,2% contre 4,5% actuellement). En progression de 75%, leur nombre dépasserait 4,8 millions. Le Limousin conserverait la part la plus élevée de cette tranche de population (9,5%) devant la Bourgogne et l'Auvergne (plus de 9%). La tranche des 20 à 59 ans, qui contient l'essentiel des ressources en main-d'oeuvre, serait en légère baisse de 2% et passerait de 32,9 à 32,3 millions, selon l'étude. Cette inflexion de la population des 20-59 ans serait encore plus marquée dans certaines régions comme l'Auvergne, la Bourgogne et la Lorraine (-15%) et Champagne-Ardenne (-18%).c=http://www
Édition du mercredi 13 décembre 2006 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France